Partagez|

« Unbeing dead isn't being alive. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Date d'inscription : 10/02/2015
Messages : 76
Kings never die
Prusse

Mon statut
Mutation: Mimétisme
Expérience: 0/1000
Inventaire:
MessageSujet: « Unbeing dead isn't being alive. » Jeu 21 Mai - 15:55
APH : Edge of Eternity
Gilbert Beilschmidt.

"Run boy run,  they're trying to catch you."



Présentation




« Hallo !
Quoi, tu me connais pas ? Mais sérieux ?! On apprend quoi aux gosses aujourd'hui ?
Bon, puisqu'il le faut… Tu vas me connaître gamin !
Mon nom c'est Prusse, représentant de l'ancienne nation portant le même nom, mais tu peux aussi m'appeler Gilbert Beilschmidt. Si tu veux me donner un surnom « Dieu » me convient !
Mon anniversaire, c'est le 18 Janvier, c'était le jour du couronnement de Frédéric III de Hohenzollern, que tu connais sûrement mieux sous le nom Frédéric Ier ! Un événement qui a conduit à la naissance du Royaume de Prusse, moi quoi~ (En 1701 pour être précis. J'suis un peu plus vieux que ça, mais bon, c'est pour le geste que j'ai une date de naissance, la vraie de vraie, celle de la fondation de la maison de l'hôpital des Allemands de Sainte Marie de Jérusalem plus connu sous le nom d’ordre Teutonique, ça fait longtemps que je l'ai oubliée…) C'est en gros le jour où je suis devenu le plus grand Royaume d'Europe -et le plus grand Royaume ayant jamais existé, hehe~-.
Oublie pas cette date, et surtout pas de m'offrir un truc, je suis tellement awesome, j'accepte tous les cadeaux, surtout quand ils viennent de fans~ !
Sinon, comme mon prénom l'indique, j'suis un homme -quoi, t'en doutes, tu veux voir mes cinq mètres ?!-, et je suis bisexuel -j'ai une préférence pour les femmes, même si avoir Espagne ou Franny dans mon lit me dérange pas plus que ça-.
Si tu tiens tant à le savoir, en ce moment je suis célibataire -la fin du monde ne m'aide pas à pécho :/-
Et j'ai pas de défaut, et ma principale qualité, c'est que je suis génial, évidemment ! »

Taille : 1m78.
Poids : 58 kg.
Mutation : Mimétisme. Prusse possède un pouvoir unique, qui lui permet de copier le pouvoir de ceux qu'il touche pendant plus de cinq secondes (il faut que le contact se fasse peau contre peau). La copie de mutation est parfaite, au point où il copie également les effets négatifs causés par la mutation...
Note : Il ne peut copier qu'un seul pouvoir à la fois.
Note n°2 : Lorsqu'il copier la métamorphose animale (possédée par Afrique du Sud et xx), il gagne la capacité de se métamorphoser en aigle impérial.

Arme de prédilection : Sincèrement, il en a pas vraiment d'arme de prédilection, du moment qu'il se retrouve avec quelque chose entre les mains pour qu'il puisse se battre convenablement, tout lui va. Je détourne donc la question en disant que, du moment que c'est pas une arme à projectile (Vous voyez Prusse avec un lance-pierre vous ?), ça passe.
crédits


Physique




Physiquement, Prusse est bien loin d'être tout ce qu'il y a de plus banal : c’est un peu la personne qui nous fait nous retourner dans la rue quand on le croise, mais pas uniquement parce qu’il est foutrement sexy.
Par où commencer, pour parler de lui ? Il y a tant à dire !

Il est tout d'abord plutôt grand, arrivant à un bon mètre soixante-dix-huit, et relativement maigre avec ses quelques cinquante-huit kilos. Un clair manque de poids qu’il a bien du mal à combler, rendant ses os apparents. Une maigreur extrême qu'il ne faut cela dit pas sous-estimer : il possède une très certaine force, gagnée suite à de très nombreux entraînements. En découle donc une musculature qui est certes plus fine que développée, mais bien présente.
Sa peau ensuite, cette peau ! Elle est d'une extrême pâleur, certains parlent même d'une blancheur morbide... Mais nous nous contenterons de très pâle, mh ? Cela suffira. cette particularité n’est que la première d’une grande lignée chez lui, toutes dû à l’albinisme avec lequel il est né… les autres, nous les verrons plus tard, pour le moment continuons avec sa peau ! Blanche donc, quelques grains de beauté sont éparpillés çà et là, et on n'y trouve que très peu de boutons. Elle est sèche, très sèche même, et le jour où il commencera à en prendre soin n'est pas encore arrivé... Elle pèle d'ailleurs, beaucoup, surtout en hiver. Cela se voit notamment autour des narines et des lèvres, et en plus de ne pas être des plus esthétique, c'est douloureux... Alors évitez donc de vous jeter sur son corps pour l'embrasser avec passion quand c'est le cas, vous voudriez pas lui faire mal...~♥
Une dernière chose à savoir, c'est que la peau de Gilbert est très sensible aux coup de Soleil (merci l'albinisme encore une fois...). Préparez donc les tubes de crèmes l'été, sinon Gil ne mettra pas un pied dehors.

Après, quoi ? Ses cheveux peut être ?

Ils sont coupés court, et jamais vraiment coiffés. Il les laisse en bataille, ne repoussant que les cheveux qui lui tombent sur le visage sur le côté pour ne pas être gêné. Là aussi, il n'en prend pas soin : en résulte alors des cheveux secs qui seraient sans le moindre doute cassants s'il les portait longs.
Une particularité ? Bien évidemment ! Lié à son albinisme encore : Ses cheveux sont naturellement d'un blanc des plus purs malgré sa jeunesse. Aucune décoloration pour arriver à un tel résultat, et il n'est pas question pour lui de cacher ça sous une fausse couleur : Sa différence il l'assume, et il en est même plutôt fier.

Pour continuer et changer un peu de sujet, venons-en à son visage !
Ses traits sont relativement fins et peu marqués. Son front n'est pas très large, et est caché par quelques mèches de cheveux rebelles. Il en va de même pour ses tempes, qui elles sont même carrément invisibles, dû, encore une fois, à sa chevelure.
Ses sourcils sont fins, et souvent froncés, sans raison particulière. Tout comme ses cheveux, ils sont blancs.
Gilbert possède un petit nez tordu, résultat d'une bagarre qui a mal tournée. C'est pas frappant (Badum tsss), mais si on le regarde attentivement, on ne peut pas le louper.
Son nez est également le seul endroit où Gilbert possède des tâches de rousseur.
Mais passons au plus important. Le détail le plus étonnant, celui qui accroche le regard dès qu'on le voit ! Je pense que vous vous doutez de quoi je parle, hein~ ?
Effectivement, il est bien question ici de ses yeux !
Leur forme est commune à celle des autres germaniques (sauf Roderich. Pfff comme quoi, il est pas assez awesome pour être un germanique. C'est un... Un... Un truc.) : Ses paupières sont très droites, et la forme de ses yeux, très... Rectangulaire. Bizarre. « Awesome » selon le concerné, cela dit. Son iris, elle, est unique en son genre : deux teintes bien distinctes la composent, créant un véritable dégradé d'un couleur à l'autre. C'est un phénomène étonnant, mais explicable : Notre cher allemand favori est atteint d'hétérochromie , une maladie génétique rare donnant à ses yeux deux couleurs différentes. Le plus incroyable, ce n'est pas ça, oh non. Ce sont les couleurs en elle-mêmes, qui sont uniques ! De haut en bas, on commence par un rose plutôt foncé à un pourpre tirant sur le rouge. C'est bizarre, il faut le dire, mais harmonieux.
Une fois qu'on a croisé son regard, on a du mal à s'en détacher, croyez-moi
Vous en avez déjà vu d'autres, des comme lui, vous ?
Non hein, comme quoi, Gilbert peut bien se vanter d'être unique sur certain point. Awesome même !
Vous voyez le genre un peu ?
Bon, il ne me reste qu'une chose dont je dois vous parler.
Son style vestimentaire !
Avant, c'était un habitué des jeans et des baskets, des t-shirts et plus rarement des hemises... Mais à présent, il n'a plus de quoi faire le difficile. Il a ressorti de vieilles affaires, et bien que ses beaux uniformes soient restés au placard, on peut à présent souvent le voir en treillis avec un simple débardeur noir, accompagnés de rangers.
Simple et efficace.

Par quoi finir à présent ? Quelques détails, sûrement !
Prusse possède  un piercing à la langue, et son oreille gauche est elle aussi percées de deux trous. Sur sa peau sont également dessinés des tatouages, trois en tout : Un sur ses côtes, un dans le dos, et un dernier sur le bras gauche.
Quoi comme dessins exactement~ ? Ah ça, je vous laisse le découvrir, si vous le méritez du moins~!
A ses bras d'ailleurs se trouvent quelques bracelets, des babioles notamment au bras gauche, mais une unique gourmette en argent sur laquelle est gravé son nom ainsi qu'une date au bras droit...
Il porte en permanence deux colliers autour du cou, sa croix de fer ainsi qu'un ancien chapelet, deux vieux souvenirs de ce qu'il a un jour représenté...

Ce sera tout ? Je pense oui, vous en savez bien assez~


Caractère




Autant y aller direct pour décrire Gilbert hein.
D'un point de vue extérieur, c'est un gros con. Y a pas d'autre mot. Peut-être que « enfoiré » colle aussi. Après tout, c'est ce dont il a l'air, lui qui est si hautain, lui qui se la pète pour un rien, et qui te crache à la figure si toi, pauvre abruti, tu as osé faire quoi que ce soit à son « awesome personne ».
Ajoutons à cela qu'il devient facilement méprisant, que selon lui tout lui est dû, que c'est un adepte des mauvaises farces, et qu'il se croit mieux que tout le monde…
Il est vraiment insupportable.

Mais Gil... Gil... C'est tellement plus que ça. Oh, il n'est pas parfait contrairement à ce que son égo surdimensionné lui fait clamer à qui veut bien l'entendre, bien loin de là.
Si l'on s'arrête à ce qu'il montre à n'importe qui, il est fortement probable que, justement, on trace notre route, qu'on ne reste pas.
Il y a les raisons citées plus haut, mais d'autres également. Il lui arrive souvent d'être volontairement méchant, surtout envers les personnes qu'ils ne supportent pas. Ça peut aller des petites farces aux pires crasses possibles, rien que pour son petit plaisir personnel. Notons qu'en plus il est imaginatif et imprévisible, alors il est souvent impossible de deviner qu'est-ce qui va nous arriver, et encore moins quand.
Bien que ce soit toujours lorsque l'on s'y attend le moins.

Mais malheureusement pour nous autres mortels, en plus d'avoir un sale caractère, Prusse est également doué d'une intelligence qui, bien qu'elle ne peut être qualifiée de « hors du commun », s'est à de nombreuses reprises. Plus que malin, et terriblement fourbe, on peut difficilement lire dans les pensées de Gilbert. Il est plus qu'imprévisible, et quand il est question d'obtenir quelque chose qu'il désire, il y arrive quel qu'en soit le moyen à utiliser. C'est un excellent menteur, doublé d'un terrible manipulateur. Il n'hésite pas à sacrifier ses quelques amis pour arriver à ses fins.
Tout le monde sait mais on tombe bien facilement dans le panneau...
Après tout, comment ne pas se faire avoir par ce regard si sûr de lui, ce sourire presque aguicheur, cette voix mielleuse, ces si bonnes manières...
Oui, vous lisez bien, bonnes manières. Elles faisaient partie de son éducation... Mais bon, les connaître ne signifie pas non plus les appliquer, sinon les gens n'auraient sans le moindre doute pas une aussi mauvaise image de notre très cher prussien... Une exemple parmi tant d'autres de son manque total de manières ? Sa mauvaise tendance à dire les choses comme elles le sont, et son langage très loin d'être soutenu. Il a même l'habitude d'être vulgaire, tant dans ses mots que dans les propos tenus, ce qui peut choquer les plus jeunes, et autres coincés. (Tous ceux qui le côtoient l'ont déjà entendu au moins une fois lancer un magnifique "Mais j'ai une de ces envies de pisser là !" sans le moindre gêne. Sans compter ses commentaires déplacés et / ou insultant en tout genre...)
...Ou alors sa sale petite manie, qui consiste à ranger tout désordre se trouvant sur son chemin.
Qu'est-ce que j'entends ? Ce n'est pas un défaut ? Oh si vous saviez...
Quand il s'agit de ses propres affaires, ça va. Quand il commence à franger à sa manière avec les affaires des autres, ça va moins. Bah oui, tout désordre j'ai dit. Bien que ce soit efficace, pas sûre que vous apprécieriez que quelqu'un ne vienne mettre ses pattes dans ce qui vous appartient... Un petit rien le stressera au possible, les moins connaisseurs en la matière diront qu'il est atteint d'un véritable trouble obsessionnel compulsif, même si je n'irai pas jusqu'à dire que quelque chose ne tourne pas rond dans la tête de Gilbert.
Il est juste comme ça, il n'aime pas quand tout n'est pas rangé, et ne supporte pas la saleté. Bon, au sein de la base, il s'en accommode, mais uniquement parce qu'il est obligé. Et encore, il passe pas mal de temps à faire son ménage..

Mais sinon, quoi ? Au point où on en est, que vous ai-je appris, sur Prusse ?
Pour résumer, nous avons vu qu'il est hautain, imbu de lui-même, méprisant, (trop) moqueur, imaginatif, imprévisible, manipulateur, impoli au possible, maniaque, que c'est un je-m'en-foutiste notoire, qu'il est bourré de désagréables manies... Mais qu'il est aussi malheureusement très intelligent.
Des défauts donc, encore et toujours, il en a plein, il en a trop. A un tel point qu'on est susceptible de ne voir que ça quand on le rencontre.
C'est ce qu'il veut bien montrer, après tout.
Mais des qualités, il en a aussi ! Bien qu'elles soient plus difficiles à trouver, elles existent bel et bien. Il suffit d'un peu gratter à la surface et de bien ouvrir les yeux pour avoir le privilège de les connaître.

Mais bon, hein. On a pas le temps pour ça, puis mon job ici, c'est de vous faciliter un peu la tâche non ? Alors, par  où commencer~ ?

L'une des premières chose que l'on remarque chez Gilbert, c'est à quel point ce dernier est à l'aise dans la foule, ou plus en général, dès qu'il s'agit d'être sociable. Il n'est pas timide pour un sous, et adore être le centre d'attention dans bien des situations. Bien que rarement entouré par beaucoup de personnes -il est à vrai dire même assez habituel de le voir seul, une chose qui n'a pas l'air de le déranger outre mesure- il va sans aucun mal vers les autres, et bavard comme il l'a toujours été, il trouve sans mal de quoi discuter, même avec de véritables inconnus.

Ses bons jours d'ailleurs, parlons-en ! Pour être tout à fait sincère, ils sont plutôt rares, de nos jours. Mais... Étonnamment, le voir triste ou carrément déprimé n'est pas monnaie courante malgré sa nature pessimiste. Il préfère simplement cacher la vérité, pour ne pas se montrer faible aux yeux des autres.
Donc.. Même quand ça ne va pas, il sourit. Il se souvient qu'un jour un homme lui a dit « Prend la décision d'aller bien jusqu'à la fin de la semaine. Souris parce que... Tu es en vie, et c'est ton devoir. Ensuite,  recommence la semaine suivante. » (à moins qu'il n'ait passé trop de temps devant Supernatural..?). Il n'empêche que c'est un conseil qu'il applique à la lettre...
Eh oui, car contrairement à ce à quoi on pourrait presque s'attendre, Prusse n'est pas infaillible, bien loin de là. Mais qui pourrait se vanter d'avoir vu la carapace se craqueler ? Très très peu de personnes, au final...
Quoi qu'il en soit, la tristesse est un sentiment qu'il ne supporte pas, chez lui-même comme chez les autres, c'est pour ça que lorsqu'il s'agit d'un proche ou d'un inconnu (disons les choses comme elle sont, les gens qu'il ne peut pas saquer peuvent aller se faire voir), il n'hésite pas à aller les voir pour les réconforter, allant sans peur jusqu'à faire le pitre pour faire revenir un sourire sur leur visage.
Il est comme ça, difficile à cerner, mais lorsque l'on se trouve dans ses bonnes grâces, il peut devenir quelqu'un de très différent de ce dont il a l'air...
Étonnant, hein ?

Mais bon, revenons-en a un sujet plus léger !

On peut facilement reprocher tout un tas de choses à Gilbert, mais s'il a bien une chose pour laquelle on peut lui donner crédit, c'est son sérieux dans son travail (et non pas en général..). Ne supportant pas l'échec, et appréciant par-dessus tout d'être le meilleur parmi les meilleurs, il en a développé un côté travailleur voir acharné. Et oui... Là où certains penseraient que Prusse est du genre bon en rien, mauvais en tout, il est en réalité du genre tête de classe... Bien que son comportement puisse laisser à désirer (cf plus haut)

Eh non, on ne peut pas être parfait... Et comme vous l'aurez compris, Prusse ne fait pas exception ! A présent... Je pense m'arrêter là. Vous en savez assez, bien que je pourrais passer encore des heures à vous parler de lui, de sa manière d'être, de vivre... Mais ce serait moins amusant que de découvrir le reste qu'en venant le rencontrer vous-même, n'est-ce pas~?
N'ayez pas peur ! Il ne mord pas ! Enfin... Pas tout le temps..~



Histoire



« My awesome diary book 142,
[04/07/2015]

Aujourd’hui encore, sans le moindre doute, j’ai été génial~!
Je ne pensais pas pouvoir un jour écrire de nouveau sur les pages de ce journal que je croyais perdu à jamais ! Ah j’suis trop content !
Je revenais d’une mission de repérage dans les environs quand je suis retombé sur ce vieux campement qu’on avait installé avec West quand on était en chemin pour l’Italie. La scène était… Assez ignoble. Au beau milieu du campement, y avait une carcasse de ce que je pense être un être humain..? Je suis même pas sûr, c’était tellement informe…Et le peu de chaire qui lui restait était dans un état de décomposition tellement avancé que de toute façon...
Je préfère ne pas imaginer dans quelles condition atroces cette personne -ou cet animal- est morte… Mais malheureusement, ce sont des choses qui arrivent bien trop souvent dans ce monde.
Mais bon, hein, c’est trop tard, je peux pas me permettre de pleurer toutes les morts causées par le SDG, sinon je passerais mon temps à chialer comme une gamine.
Enfin bref…

Ca fait tellement longtemps que j’ai rien écrit dans un journal, ça m’a tellement manqué ! Outre ce qu’il s’est passé tout à l’heure, j’ai tellement tellement de choses à raconter, je sais même pas pas où commencer…
Je pense que je vais tout reprendre depuis le début, depuis l’apparition des mutations, ça m’aidera même à faire le point sur la situation actuelle...

Tout a commencé il y a un peu plus d'un an maintenant. Suite à de très nombreuses recherches scientifiques menées par des laboratoires en majeure partie américains, nous avons découvert le moyen de modifier notre propre chaîne ADN, nous donnant accès à de fabuleuses capacités. 
Enfin, nous... Eux, plutôt. Pendant un long moment, j'ai vu les autres développer bien des pouvoirs, alors que moi... Je ne gagnais rien. Logique, après tout, là où je ne suis plus rien d'autre qu'un souvenir, eux ont toujours quelque chose à représenter.
Quoi qu'il en soit, les choses ont changé à une vitesse fulgurante. Le niveau de vie du monde s'était bien amélioré, car tout était facilité par nos compétences nouvelles (et malgré le fait que certains gouvernements véreux aient tenté de se servir des mutations comme des armes.
Tout n'est jamais tout blanc après tout, même si il faut bien l'avouer cette découverte apportait bien plus d'avantages que d'inconvénients.
Enfin, ça... C'est ce que l'on croyait à l'époque. 
Dans la foulée, j'ai découvert que mon ADN avait également muté. En réalité, et selon l'un des chercheurs qui m'a examiné, il s'agit d'une mutations incomplète, qui s'est arrêtée de manière prématurée. Nous nations n'avons pas choisi nos mutations, il est dans notre nature de représenter notre pays, et notre peuple dans les moindres détails, c'est donc tout naturellement que les autres ont acquis le pouvoir le plus présent dans leur patrie : l'alchimie pour Espagne, la peau renforcée pour Allemagne, la force surhumaine pour Hongrie, etc etc.
Et c'est bien là que s'était posé le problème pour moi. Mon métabolisme marche toujours comme celui d'une nation. Je suis né pour représenter, moi aussi. D'abord l'Ordre des Chevaliers Teutoniques, le Duché de Prusse, puis le Royaume... Et bien d'autres choses encore. Je n'irai pas dans les détails de mon histoire, ça n'aurait pas d'importance ici, mais si j'en parle, c'est pour rappeler quelque chose que beaucoup ont aujourd'hui tendance à oublier. Même si la Prusse n'existe plus, même si à l'image des autres nations disparues, j'aurais dû mourir en 1947, je suis toujours là. Je ne suis pas devenu humain, je ne suis pas mort. Je suis bien présent, vivant, je ne suis pas allemand, mais toujours la Prusse.
Même si mes blessures mettent plus de temps à soigner que celles des autres, même si je suis plus souvent sujet aux maladies, même si je ne sais pas combien de temps il me reste -peut-être qu'un je m'endormirai un soir et que je ne me réveillerai pas le lendemain, qui sait ?-, je suis toujours une nation.
Je suis toujours la Prusse.
C'est pour cela que comme les autres, mon ADN a changé, mais il n'a rien trouvé à quoi s'adapter. Et c'est de là qu'en découle ce qu'on appelle ma mutation. Contrairement aux autres, je n'ai pas de peuple, pas de pays, rien de stable. Je ne suis pas allemand, ni hongrois, ni danois, je ne suis pas le représentant de cette personne croisée dans la rue, et copier le pouvoir de ce mutant n'est pas impossible mais me fait contracter le SDG sans pour autant me tuer. J'en deviens simplement plus fou, plus en colère, plus violent, plus agressif, mon pouvoir est instable, destructeur, et ça jusqu'à la prochaine copie, une simple poignée de mains suffit à ce que mon corps se modifie une nouvelle fois. C'est complexe, et pour quelqu'un qui n'y connait rien, cela doit paraître fou. Mais je suis comme ça.
Je n'ai pas de pouvoir à proprement parlé, je ne fais que chercher ce que je suis réellement, tout en n'ayant pas la moindre chance de trouver la réponse. Je n'obtiens que simplement.. Des solutions temporaires. Car je suis le dernier prussien sur cette Terre.
C'est ça, mon pouvoir. Je sais que beaucoup m'envient, je peux tout faire, tout utiliser, je ne suis pas limité à une seul et unique capacité, car un court contact suffit à me donner une nouvelle force.
C'est beau, c'est enviable, mais uniquement lorsque l'on ne réalise pas ce que ce pouvoir représente. A chaque fois que je l'utilise, il me rappelle la douloureuse vérité... Que je ne suis plus rien, que je ne devrais plus être là, parmi les vivants, que je n'ai plus lieu d'être. En quoi cette situation peut-elle être enviable...? comment peut-on vraiment vouloir être à ma place ?
Personnellement, j'échangerais ce fardeau contre n'importe quoi, si seulement c'était possible...

...

Enfin bref, après la découverte de mon pouvoir, tout s'est enchaîné à une vitesse inimaginable. J'ai à peine eu le temps d'apprendre à m'en servir que le DSG est apparu. Le Syndrome de Désagrégation Génétique. Lié aux mutations, les personnes atteintes se sont vues transformer en des monstres assoiffés de sang. Ils dévorent sans réfléchir les autres êtres humains, mais ne touchent pas aux animaux. Il semblerait que leur but soit d'absorber encore et encore de l'ADN intact, pour reconstruire le leur. A l'heure actuelle, aucun n'a encore réussi, à vrai dire, nous ne savons même pas si c'est possible... Probablement pas. Tout ce qui compte, c'est que les unes après les autres, les populations du monde ont été décimées, personne n'a été épargné. Hommes, femmes, enfants, vieillards, tous ont été attaqués, dévorés, ont péri ou pire encore, sont devenus des mutants à leur tour.
Personne ne pouvait rien faire face à cela, et nous avons regardé nos peuples souffrir sans pouvoir rien y faire. Je ne me suis jamais senti aussi inutile que le jour ou pour la première fois, j'ai dû abattre une enfant. Une pauvre gamine effrayée, dont le seul désir était de vivre. Juste vivre. Je n'ai pas pu la sauvée, je n'ai pu en sauver aucun... Même si dans le fond, c'était peut être mieux comme ça. Mieux vaut mourir que d'avoir à vivre dans un tel monde, n'est-ce pas ?
Ça ne m'empêche pas d'avoir honte.

En Allemagne, seul Hambourg a survécu, alors à la première occasion, Ludwig et moi avons quitté Berlin pour nous y rendre. Un voyage bien plus long et difficile qu'il n'aurait dû l'être, pour arriver dans une ville qui n'est plus qu'un fantôme que ce qu'elle était avant. Les réfugiés venaient de partout, d'Allemagne et d'ailleurs, et nous n'avions pas de quoi nous occuper de tous. C'était l'horreur. L'une de nos villes les plus prospères d'Allemagne avait tout perdu. Il n'y régnait plus que la peur, les maladies, la famine. Comment nourrir des centaines de milliers de personnes ? Comment les loger ? Comment subvenir aux besoins de tous tout en se protégeant des mutants, toujours plus forts...? Enfin, non. Ils n'étaient pas plus fort. Nous devenions plus faibles, jours après jours. La faim, et le froid qui devenait de plus en plus en intense à cause de l'hiver qui approchait...
Vivre à Hambourg n'était pas possible. Y survivre non plus. Malgré nos efforts, l'afflux incessant de survivant ne faisait que rendre la chose encore plus difficile.
Très vite, j'ai baissé les bras. Je savais que rester là-bas n'était pas la solution... J'avais compris que Hambourg n'était plus qu'une bombe à retardement. Que bientôt le SDG s'y infiltrerait, et que notre dernière ville tomberait à son tour. Ca me rend malade rien que d'y penser.
Pour le moment, la ville tient toujours, je ne sais pas par quel miracle... Mais je ne sais pas pour combien de temps.
Dans tout les cas, plus que nos problèmes dans la ville, d'autres m'empêchaient de dormir la nuit : Je n'avais de nouvelles de personne. Hongrie, France, Espagne, Autriche, les frères Italiens... Rien, de nulle-part, de personne. Etaient-ils encore en vie, ou étaient-ils tous morts ? Si ce n'est le bouche à oreilles (qui n'était pas fiable du tout), je n'avais aucun moyen d'apprendre quoi que ce soit. Il n'y avait plus de téléphone, ni de télé, ni internet. Cette situation était éprouvante, insupportable. West ne m'avait rien dit, mais je sais bien qu'il en allait de même pour lui. Nous étions tous les deux épuisés, malades, affamés, et morts d'inquiétude.
Et encore une fois, nous ne pouvions rien faire, si ce n'est y assister en faibles spectateurs malgré tout nos efforts.
C'était pitoyable.
Finalement, une nouvelle nous était parvenue. Les gens parlaient d'un  camp en construction dans les Alpes Italiennes, dans les environs de Milan. On disait que plusieurs nations s'y trouvaient, bien que seuls ceux des deux frères du sud étaient récurrents. Utopie ou réalité, j'avais alors envie d'y croire. D'enfin croire à quelque chose de nouveau, tant j'étais vide, presque mort de l'intérieur.
A l'époque, j'avais bien du mal à tenir debout, mais pourtant je me suis levé, et avec Ludwig, nous sommes partis. Je ne supportais alors plus les émeutes, la famine, les bagarres incessantes, je n'en pouvais plu de voir le port dan cet état. Devant les autres, je disais que nous partions à la recherches des autres, mais en vérité, je fuyais lâchement la réalité, et j'ai embarqué mon frère avec moi sans lui laisser le loisir de me poser la moindre question.
Ces quelques semaines passées au sein de Hambourg avaient fini par avoir raison de moi.  Encore un peu, et je serais devenu fou..
Alors nous avons marché vers le sud, toujours le sud. Ce voyage là a été encore pire que le premier depuis Berlin. Beaucoup plus long déjà. Et vu l'état dans lequel je me trouvais... J'avais du mal à me battre et parfois même à tenir debout. Mais j'ai persévéré, j'ai tenu bon. Cette foutue route, on l'a fait, ça nous aura pris des jours, voir plus encore... J'en avais perdu la notion du temps... Et j'étais perdu tout court, d'ailleurs. Si Allemagne n'avait pas été là, je ne serais jamais arrivé, à coup sûr. Je sais que j'ai été un terrible fardeau pour lui durant ce voyage épuisant, et je m'en veux encore d'avoir perdu l'esprit et l'espoir. Mais après des jours de marche sans croiser âme qui vive, sans plus la moindre munition, et sans plus aucune vivre après avoir dû abandonner ces dernières suite à une attaque surprise durant la nuit...
Pour moi, à ce moment là, nous étions juste foutus, nous n'arriverions jamais à Milan.
Combien de fois nous sommes-nous disputés durant le voyage à cause de ça ? Pas la moindre idée. Mais je n'avais jamais été aussi agressif avec lui. J'étais à bout de nerfs.
Heureusement, Lud a réussi, nous y sommes arrivés, et je dois l'avouer, uniquement grâce à lui. Sans le moindre doute, je l'admire pour ça. Lorsque nous avons passé les portes de la ville, il me portait sur son dos, je n'était plus capable de marcher, pas malade, mais trop épuisé, trop fatigué, à peine m'a-t-il reposé que je me suis écroulé, évanouit. De ce qu'on m'a raconté, je suis resté inconscient un très long moment... Et même après mon réveil, les choses me semblent encore floues. Il m'aura fallut plus de temps pour retrouver mes esprits que mes forces, mais une fois fait, nous n'avons pas traîné. Au sein de Milan, nous avons appris que le camp n'était pas qu'une rumeur, qu'il existait réellement. Nous nous y sommes alors rendus le plus tôt possible, accompagné par un convoi de ravitaillement qui connaissait le chemin. Cette fois-ci, le voyage fut plus court, plus simple, non pas reposant, mais moins épuisant. Nous ne nous sommes pas écroulés quand nous y sommes arrivés, mais revoir enfin tous ces visages connus avait retiré un si lourd poids de mes épaules. Ça faisait si longtemps que je n'avais pas sourit comme ce jour-là.
Par la suite.. Une nouvelle fois les choses sont allées très vite. Nous nous sommes installés et avons pris les choses en main, les autres sont arrivés au compte-gouttes, et la routine a fini par prendre sa place.
Et depuis... On vit là. Je ne suis pas retourné à Hambourg, même si quelques nouvelles me parviennent parfois. Le monde ne va pas mieux, moi non plus d'ailleurs, mais moi je me soigne.
Et ainsi... On fait ce qu'on peut pour survivre. Au sein de la base, je me sens bien plus serein, entouré par les autres, même si la mort continue de nous attendre où que nous allons... Mais c'est mieux que rien, c'est ce que je me dis. Il faut continuer à avancer... Et peut être qu'un jour, nous verrons la fin de cet enfer...
Du moins je l'espère. »




Derrière l'écran




Pseudo : Appelez-moi Tampon-sama.
Âge : Cap passé *sob*
Sexe : Non-identifié.
Comment avec-vous connu le forum ? Bah en fait, un jour je suis rentrée de cours, je me suis connectée sur Skype, et Danemark m'avait envoyé le lien... Incroyable histoire, hein ?
Que pensez-vous du forum ? Le forum en lui-même ça va. Par contre le staff, qu'est-ce qu'il est insupportable ! Surtout Prusse là, il est chiant !! .....Oh wait.
Quelle est votre disponibilité ? Tous les jours. A toutes les heures. TOUT LE TEMPS.
Code du règlement Really tho
Autre chose ? Squick. <-- J'ai essayé de retranscrire à l'écrit comment ça cri un cochon d'inde quand ça a la dalle.
"SQUIIIIIIIIICK"
© Ju de Never-Utopia

__________________

I can't hear you over the sound of my awesomeness:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: « Unbeing dead isn't being alive. » Lun 6 Juil - 19:51
Bon je te valide ou pas, mmh ? :v /PAN/

**Kit de survie généré aléatoirement**
- Un calibre 40 Smith & Wesson M&P semi-automatique
- Un rouleau de bandage
- Un drapeau
- Une boussole
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Date d'inscription : 10/02/2015
Messages : 76
Kings never die
Prusse

Mon statut
Mutation: Mimétisme
Expérience: 0/1000
Inventaire:
MessageSujet: Re: « Unbeing dead isn't being alive. » Lun 6 Juil - 19:54
Une arme semie-automatique, comment je gère *sparkles*

__________________

I can't hear you over the sound of my awesomeness:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: « Unbeing dead isn't being alive. » Aujourd'hui à 15:37
Revenir en haut Aller en bas

« Unbeing dead isn't being alive. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [100%] Ji Soo ▲ Unbeing dead isn't being alive. 
» [UPTOBOX] Dead or Alive [DVDRiP]
» DOA : Dead or Alive /!\
» Dead Or Alive 5 Ultimate
» Dead Or Alive 5 Last Round

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hetalia : Edge of Eternity :: Nos viesNos vies :: Présentations :: Présentations validées-