Partagez|

Não éporque uma andorinha morre que acaba a primavera - PORTUGAL [UC]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Date d'inscription : 18/03/2015
Messages : 46
Localisation : Milan ! ~
Portugal

Mon statut
Mutation: Alchimie
Expérience: 50/1000
Inventaire:
MessageSujet: Não éporque uma andorinha morre que acaba a primavera - PORTUGAL [UC] Mar 21 Juil - 2:53
APH : Edge of Eternity
Rafael LISBAO CARRIEDO

 
"De boâs intençôes esta o inferno cheio"


 


 
Présentation

 


« Olá !
Je m'appelle Rafael Lisbao Carriedo et l'on me surnomme Portu à la limite, le premier qui m'appelle "Raffy" j'en fais une caldeirada. Je représente le beau pays qu'est le Portugal. Je suis né le 10 juin, aussi appelé jour de Camoes. Je suis un homme, un vrai (avec du poil au torse et...euh...não). Je suis pansexuel et actuellement célibataire, mais ce n'est pas vraiment quelqu'un que je recherche en ce moment (essayer de survivre n'est pas une bonne excuse ?). Mon principal défaut est mon côté long à la détente et ma qualité majeure est mon côté plutôt relax. »

Taille : 1m74
Poids : 71 kg
Mutation : Alchimie : en présence de tous les éléments chimiques nécessaires, le sujet peut créer n'importe quelle matière/objet. Il lui est impossible de constituer des éléments trop compliqués tels que des ordinateurs. Rafael est encore incapable de maîtriser son don correctement -voire pas du tout- il va donc beaucoup s'entraîner à la base. Il sort d'ailleurs souvent avec une petite sacoche remplie de craies. Celles-ci lui permettent de dessiner des cercles de transmutation indispensables pour utiliser l'alchimie. Au fil de son expérience et de son entrainement, il sera peut-être amené à ne plus les utiliser...Mais ce n'est pas encore le cas !
Arme de prédilection : Arme à feu
crédits


 
Physique

 


Rafael a le physique typique d'un méditerranéen. Il possède l'apparence d'un homme de vingt-sept ans et ressemble énormément à son frère, Espagne.

Il a en effet la même peau mate, longtemps exposée au soleil miroitant sur la péninsule ibérique. Il ne renonce d'ailleurs jamais à une sieste sous l'astre solaire, seul ou avec Antonio. Il profite également de ces quelques heures de repos parmi les temps qui courent.

Comme son voisin, Portugal est doté de cheveux bruns chocolats, très souvent ébouriffés. La seule différence étant que ceux de Rafael sont plus longs, lui arrivant peu après les épaules. Il a notamment l'habitude de les nouer en une queue de cheval, c'est beaucoup plus pratique et masculin. Cependant, ça ne l'empêche pas de les détacher de temps à autre, quand il va se coucher par exemple. Pour l'instant, il n'a jamais envisagé à les couper et préfère les garder ainsi pour être différencié de son frère.

Portugal possède une carrure droite quoique décontractée. Il essaye de garder son sang froid malgré les différents problèmes qui surviennent en ce moment et refuse de baisser les bras, donc d'arborer une posture courbée, désespérée. Il détient donc une démarche traînante mais assurée, une allure bienveillante qu'il s'efforce de garder pour rassurer ceux qui lui sont chers. Quant à sa corpulence, il est plutôt svelte et athlétique sans pour autant posséder une musculature proéminente. Il a également une taille raisonnable, 1m74, pour un homme.

Après avoir parlé de son apparence générale, pourquoi ne pas se pencher sur les détails.
Et notamment son visage.
Bien que Rafael ait souvent un sourire aux lèvres, il possède des traits plus durs et sévères qu'Antonio. Il semble davantage mature que ce dernier et les différents événements actuels n'ont pas vraiment arrangé les choses.

Le jeune homme détient des yeux verts d'eau, puisqu'à la différence de son petit frère qui possède de magnifiques yeux verts, Portugal a des iris penchant vers le bleu. Bien que ses prunelles détiennent le plus souvent un air enjoué, on peut y lire un air plus sage que dans celui de son voisin.

Une autre petite chose spéciale que possède Portugal est son grain de beauté se trouvant juste en dessous de son oeil droit. D'après les quelques mythes sur les grains de beauté, en avoir un au niveau de l'oeil droit signifierait un grand pouvoir de concentration mais paradoxalement une faiblesse et de l'hésitation.

Bien que le Portugais soit imberbe du visage, les stéréotypes restent les stéréotypes et il semblerait que ce cher Rafael possède quand même une pilosité sur le reste du corps, validant ce cliché qui lui colle à la peau. Não !

La voix du Portugais est, quant à elle, plutôt apaisante et suave. Elle est plutôt appréciée des femmes et il l'utilise à son avantage, tout comme son petit accent (qui lui fait dire péniche à la place de pénis certes (excusez-moi pour cette blague de merde)) assez marqué dans des langues étrangères, pour séduire. Bien qu'il soit moins "chaud lapin" ou bien dragueur que son petit frère, Portugal reste un latin et comme tout bon pays méditerranéen qui se respecte, la séduction va de pair avec discussion.

Pour finir, repartons avec une petite anecdote. Il est très fréquent que l'un des boutons de chemise de Portugal s'enlève ou se casse. Cela viendrait de son sang qui contiendrait trop de fer ou quelque chose du genre (il n'arrive toujours pas à l'expliquer lui-même). Du coup, il n'est pas rare de voir Rafael avec sa chemise à moitié ouverte. De plus, de part sa chrétienté, il porte un croix autour du cou qu'il ne quitte que très rarement, pour ainsi dire jamais (sauf pour faire tricky tricky mais bon).


 
Caractère

 


Quel esprit que celui de Rafael. Un élan de bienveillance émane de lui et pourtant, l'idée même de trahir sa confiance pourrait vous conduire à votre perte. Car le représentant du Portugal n'est pas, ce que l'on pourrait appeler un « lapin de six semaines ».

Mais commençons par le commencement. Ce que l'on remarque tout d'abord, en rencontrant ce cher méditerranéen, c'est qu'il a une tendance à sourire, ou bien à tout simplement vous regarder avec bonne humeur. Il est plutôt du genre à se lever du bon pied et plus tôt que son frère. Seul une contrariété pourrait lui faire changer cette bonne humeur apparente.

De pair avec son sourire, Rafael est quelqu'un d'accueillant, plutôt chaleureux quand il communique et surtout, un sentimental. Contrairement à Antonio, qui est plutôt du genre à draguer tout ce qui bouge, Rafael est un peu plus sur la réserve, donnant beaucoup plus d'importance aux sentiments, écoutant davantage son cœur. Cependant, cela ne sert à rien de cacher son côté séducteur qu'il partage avec les autres latins comme Italie, Romano ou bien France.

Portugal est également un être curieux, avide de connaissance qui vous écoutera si vous avez quelque chose à lui apprendre. Car même si Rafael écoute ce que son cœur lui dit, il prend quand même le temps de réfléchir et de s'intéresser afin d'apprendre et d'acquérir des connaissances. Vous le verrez sans doute avec un air questionnant au visage quand quelque chose l'intrigue, et Dieu sait tout ce qui l'intrigue. Par ailleurs, le Portugais est quelqu'un qui peut réfléchir longuement sur un sujet pendant des jour entiers jusqu'à en tirer une solution ou bien une conclusion personnelle, même si la discussion est sans importance. Cette tendance peut le rendre un peu long à la détente.

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, Rafael est un travailleur. Vous pouvez l'envoyer en mission sous le soleil tapant ou sous la pluie diluvienne, à tout heure, à toute température. Il ne rechignera pas à la tâche. Cependant, il n'est pas contre des siestes ou des pauses. De toute évidence, Rafael veut bien donner mais souhaite recevoir en échange. Ce qui est tout à fait légitime de sa part, n'est-ce pas ?

Le ton de sa voix est plutôt bas et calme, quand il est en discussion relativement normale, mais peut facilement s’élever dans les moments de grande émotion. Il est normal pour lui de tenir des discussions animées, à haute voix. Et il hausse d'autant plus la voix si jamais vous vous moquez de son accent un peu trop prononcé.

Si vous l'énervez vraiment, car sa patience a des limites, il se pourrait bien que la discussion en vienne aux poings, cependant, il reste relativement calme lors des disputes et préfère repartir chez lui pour bourder ou s'énerver seul. Il est donc conseillé d'être sincère avec lui, car c'est ce qu'il recherche dans ses relations. Si jamais vous faites une bêtise, dites-le lui tout de suite car il sera plus à même de vous pardonner facilement que si vous le lui disiez plusieurs jours plus tard.

Plus mature et réservé que son petit frère, il est moins naïf que lui et pourtant, ils ont des réactions très souvent similaires. Concernant sa relation avec celui-ci, Rafael et Antonio s'entendent bien...Du moins mieux. Le Portugais aime, notamment, embêter son petit frère et le taquiner (ainsi que le critiquer, mais toujours d'un air amical). Cependant il est assez protecteur vis à vis d'Antonio et des personnes qu'il aime en général. Et pourtant, en ce qui concerne l'Espagnol, leur relation n'a pas toujours été aussi facile, dû aux nombreuses disputes et guerres entre les deux pays de la péninsule ibérique. Il semblerait d'ailleurs que Portugal en ait gardé quelques traces d'orgueil car, lui qui aime les plaisanteries, il ne supporte aucunement que quelqu'un lui dise que l'Espagne est supérieure au Portugal. Ou bien que l'on considère le Portugal comme le « Canada de l'Espagne ». En plus, c'est quoi « Canada » ? Ça se mange ?
De plus, il prétend que voir Espagne lui remonte le moral car voir ce dernier sombré petit à petit alors qu'il était jadis un grand empire lui "fait du bien". M'voyez le grand-frère ?

En ce qui concerne le reste de ses relations, Portugal entretient une très grande amitié avec Angleterre depuis le traité de Windsor en 1386 qui reste le plus vieux traité diplomatique en vigueur au monde. Il le considère comme son meilleur ami et son plus grand allié. Il chérit beaucoup cette relation, et l'amitié ainsi que la famille sont des choses importantes pour Rafael.
Il partage néanmoins une étrange relation avec Pays-Bas...Oui, il s'amuse à collectionner les cartes Yu-gi-ho pour faire des combats contre lui, dans la base. Comme quoi...
Il garde également un certain attachement avec ses anciennes colonies telles que Brésil ou Macao, puisqu'il était autrefois un puissant empire colonial.

Pour finir, Rafael, à l'image de son pays, est quelqu'un de croyant et d'assez conservateur, malgré les efforts qu'il essaye de fournir. Il est attaché à ses traditions et notamment au fado qu'il sait chanter et à la guitarra portuguesa qu'il sait jouer, qui est une sorte de guitare qui descend du cistre et qui s'apparente à une mandoline. Quand l'occasion s'y prête, il peut être prêt à en jouer. Rafael est également quelqu'un de très attaché à la mer. Par ailleurs, il n'a pas vraiment le sens de l'orientation sur terre...

Rafael possède également un tic : il ne supporte pas qu'on touche ses mains (et notamment sa main droite) et il les cache souvent. Pour aucune raison apparente, semble-t-il...


 
Histoire

 


L'Italie.
Comment avait-il atterri là, déjà ?
Tout lui semblait lointain désormais alors que cela ne datait que d'une année, peut-être moins. Tout était allé si vite.
Si vite pour une nation telle que lui.
Un siècle pour un humain correspondait à une longue période...Alors que pour une nation, ce n'était qu'un moment, une poussière dans leur vie qui ne finissait jamais...
Rafael n'avait pas eu le temps de dire quoi que ce soit, pas eu le temps de tout remettre en question pour y échapper.
De toute façon, quelle autre nation avait eu l'idée de renoncer à toutes ses belles promesses... ?
Le Portugais leva la tête vers son ancienne colonie avec qui il avait décidé de faire la route. Brésil avait bien changé, en un an. Il avait doucement retrouvé ses apparences amazoniennes et une attitude fidèle à ses origines. Sa foi catholique aussi, avait disparu.
Tout ce qu'il avait acquis au cours des derniers siècles s'était envolé au fil que la population avait été transformée par ce « remède miracle ».
Dans quoi est-ce qu'ils s'étaient tous embarqués ?
Pourtant, Rafael continuait d'espérer, espérer que quelque chose de bien allait régler leurs problèmes.
Mais les nations étaient de plus en plus seules.
Abandonnées.
Folles.
Blessées.
Vulnérables.
Prêtes à disparaître.
Mais ça, Rafael ne l'accepterait pas. Il avait toujours été fier de ce qu'il était, du pays qu'il représentait et de ses habitants.
Mais qu'adviendrait-il s'il disparaissait ?
Décidément, il se posait tellement de questions sans réponse qu'il en oubliait même d'avancer et de faire attention aux alentours.
Peut-être que laisser faire le temps était la bonne solution, peut-être que ce cauchemar disparaîtrait un jour...

Mais le temps ne guérit pas, il nous fait juste oublier...

* * *

- Bom dia, Rafael...

La yeux rivés vers le journal du jour, la représentation de la République portugaise leva les yeux vers Pedro Passos Coelho, son premier ministre. Lui qui était parti quelques jours à Algarve dans le sud du pays pour se reposer et se prélasser, son gouvernement l'avait vite rappeler à l'ordre et lui avait demandé de revenir à Lisbonne pour parler d'une affaire importante. Actuellement, la nation n'avait qu'une envie, repartir vers la plage et la mer et échapper à son quotidien...

- Olà, Monsieur.
- Tu dois sans doute te demander pourquoi tu es ici, non ?
- Je crois que je sais...

Le brun à la queue de cheval posa son journal sur le bureau, tandis que le premier ministre s'assit en face de lui. Il retourna alors le journal pour que ce dernier le lise à l'endroit et tapota du doigt un article : « La mutation génétique : un rêve devenu réalité ou le début de la fin ? ».

D'après l'article que Rafael avait pu lire, des scientifiques américains avaient réussi quelque chose d'imaginable que dans les films à science-fiction, que dans l'imaginaire de l'homme et surtout plus que tabou : la mutation génétique. Tout ce qui était écrit était, par ailleurs, très surprenant. Cela pouvait vraiment donner tous ces pouvoirs aux humains ? Comme dans X-Men ?

- Effectivement, je voulais te parler de ceci...Nous pensons qu'il faudrait légaliser cette nouvelle technique scientifique.

A la remarque de Monsieur Coelho, l'ibérique fronça légèrement les sourcils, plongeant dans une longue réflexion, pesant le pour et le contre.

Effectivement, ceci pouvait être une bonne idée. Après tout, qui n'avait jamais rêvé d'avoir un pouvoir surhumain ? Les mutations pouvaient nous aider dans la vie de tous les jours, si on savait les utiliser à bon escient n'est-ce pas ? Il suffisait juste de poser des règles strictes, des limites, pour que le peuple soit en sécurité.

Mais...En y réfléchissant bien...N'était-ce pas une folie ? A l'image du clonage sur êtres humains, la mutation génétique était quelque chose de plus que tabou...une limite à ne pas atteindre pour la science moderne. Quelque chose qui atteignait la morale ! Son chapelet autour du cou, Rafael ne savait plus ce qu'il devait faire, déchiré entre l'atteinte à la morale et les retombées économiques que pourrait engendrée cette légalisation.

- Je devine ce que tu penses...Mais plusieurs pays vont sans doute s'y mettre tu sais...De plus, cela pourrait régler les quelques soucis économiques du pays.

La crise économique. Ah, Rafael la connaissait à force. Elle touchait beaucoup son petit frère, Espagne, ou bien pire encore, Grèce. Évidemment que cette légalisation créerait des emplois, une toute nouvelle économie et une nouvelle vie...

Mais la représentation du Portugal n'était pas quelqu'un qui fonçait dans le tas sans réfléchir...
Toujours dans ses réflexions, son scepticisme était palpable.

- J'ai notamment appris que l'Espagne était déjà sur le point de créer une nouvelle loi pour légaliser le marché de la mutation génétique...

A la remarque de son premier ministre, le Méditerranéen leva la tête, d'un regard concerné.

- Je vois...Pouvons nous en parler avec le président un moment...?

Ce que Rafael ne savait pas à ce moment là, c'est qu'il tombait lui aussi peu à peu dans un cercle qui allait s'avérer infernale pour n'importe quelles nations ou êtres humains.

Que ce tout nouvel enjeu allait causer la perte d'une grande partie de son peuple...

* * *

Accroupi, le représentant du Portugal semblait occupé dans sa cave. Mais ce qu'il s'apprêtait à faire en était tout autre. A ses pieds était dessiné une sorte de pentacle, le genre de dessin que faisait souvent Angleterre dans son propre sous-sol. Au centre de celui-ci se trouvaient une chaise brisée.

Quel étrange rituel...
Et pourtant le Portugais savait très bien ce qu'il faisait.

Après avoir fini de tracer le pentacle au sol, il se releva, en pleine concentration. Il joignit alors les paumes de ses mains au niveau de sa poitrine et ferma les yeux. Le pentacle s'illumina alors et une sorte de tourbillon d'énergie en sortie, qui s'abaissa peu à peu jusqu'à disparaître. Rafael ouvrit alors les yeux pour découvrir la chaise....Qui n'avait pas bougé d'un pousse.

- Sé...Sérieusement...Pourtant, je me suis bien concentré cette fois...Et tous les éléments sont présents pour réparer cette chaise...Merda !

Il soupira et s'assit à même le sol, en tailleur. Pensif, il repensait à tout ce qu'il s'était passé pour en arriver là, à jouer les petits sorciers.

A vrai dire, tout ceci n'avait rien de magique, enfin si en quelque sorte, mais tout ceci n'était pas de la sorcellerie, mais bien de l'alchimie. Et cet étrange « pouvoir » était apparu très peu de temps après la légalisation de la mutation génétique au Portugal. En même pas un ou deux mois, sa mutation s'était peu à peu développé, jusqu'à ce qu'il s'en rende compte par inadvertance. Et apparemment, cela n'avait pas touché que lui, puisque d'autres nations possédaient désormais une mutation elles aussi. Comme si, peu à peu, la mutation génétique qu'avaient reçue la majeur partie des habitants de chaque pays, puisque tout le monde s'était jeté dessus, avait eu des répercutions sur les représentants humains des nations. Du moins, c'était la seule explication, et beaucoup de personne était d'accord avec lui.

En attendant, son scepticisme de départ avant disparu. Ces mutations génétiques avaient bien changé l'économie de son pays et aidé ses habitants. Il s'était trompé sur toute la ligne. Son premier ministre avait eu raison d'insister. Les résultats étaient époustouflants.

Maintenant suffisait-il de maîtriser ce nouveau don.

L'alchimie est une science où l'on doit comprendre la structure de la matière, la décomposer pour ensuite la remodeler. Correctement utilisée, elle peut changer du simple plomb en or. Cependant, comme il s'agit de science, elle est toujours soumise aux principes de la nature. On ne peut créer un objet d'une certaine masse qu'à partir d'un objet d'une masse équivalente. C'est le principe de l'équivalence...

* * *

Il devait partir au plus vite, c'était tout ce dont il était persuadé désormais. Son frère était déjà parti depuis un moment, lui avait décidé de rester pour aider les rares habitants non-contaminés de son pays. Tout partait en morceau chez lui, ça lui déchirait le cœur, l'âme. Il n'avait rien vu venir, et pourtant le fait était là...

Le Syndrome de Désagrégation Génétique s'était répandu à une vitesse impressionnante. Le virus, aidé par la mondialisation, avait tout d'abord contaminé les États-Unis, puis l'Europe pour s'étendre sur le monde entier.

Tout était allé trop vite...

Désormais il payait le prix de cette décision, de ce renouveau scientifique. Allait-il mourir désormais... ?
Ça le terrorisait.
Dieu les avait-il puni pour avoir atteint la limite à ne dépasser ?
Il serra doucement sa croix et y déposa un baiser.
Et il pria...

Sa prière fut brusquement coupée quand on l'informa de la venue d'une nation venue d'outre-atlantique. Il devait s'agir de Brésil, son ancienne colonie. Il lui avait dit de venir au plus vite, pour partir jusqu'en Italie avec lui, rejoindre les autres.

Car c'était dans cet autre pays méditerranéen que se trouvait un campement de réfugié plus sécurisé et surtout, où se trouvaient les autres nations...Pour le moment, les rescapés Portugais devaient se contenter de Séville, la seule ville ibérique tenant encore debout. Il ne pouvait en emmener qu'une poignée à Milan...

* * *

Ça y est, il était en route pour Milan. Après être passé par Séville, il avait finalement décidé de partir en Italie par bateau. C'était toujours un plaisir de voyager avec son ancien petit protégé, mais il aurait quand même voulu partir dans un autre contexte que celui-ci.

Au moins, le temps du voyage, il pouvait échapper aux hordes de "zombies" et de "monstres" qui courraient les rues de sa péninsule natale. Malheureusement...Les morts durant la traversés sur le bateau de fortune arrivèrent plusieurs.

La seule chose que Rafael pouvait se dire désormais, c'est qu'il allait revoir tout le monde. Son petit frère, Angleterre, et peut-être bien Pays-Bas.
Il se promit plusieurs choses. Qu'il allait devoir survivre une fois là-bas. Qu'il reviendrait chercher les Portugais de son pays restant. Qu'il réussirait à sauver ceux présents sur le bateau. Qu'il contrôlerait sa mutation et surtout...
Qu'il allait tout faire pour arrêter cette folie !

S'il y avait un moyen...

L'Italie se profilait déjà à l'horizon...Et bientôt Milan...


 
Derrière l'écran

 


Pseudo : Alyna, Black_cherry
Âge : 17 ans
Sexe : Féminin
Comment avec-vous connu le forum ? Pasta Kedavra! et les admins.
Que pensez-vous du forum ? Il est boooowwwwwwwww.
Quelle est votre disponibilité ? Presque tout le temps, peut-être moins l'année prochaine avec ma prépa :c
Code du règlement Validé par votre Dieu à tous
Autre chose ? J'étais Angleterre mais là, je deviens son BFF. Soyez indulgents encore une fois 8D.
© Ju de Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Date d'inscription : 14/03/2015
Messages : 39
Pontianak
Indonésie

Mon statut
Mutation: Contact empoisonné
Expérience: 0/1000
Inventaire:
MessageSujet: Re: Não éporque uma andorinha morre que acaba a primavera - PORTUGAL [UC] Mer 2 Sep - 22:05
Je n'avais pas encore laissé de message bien haineux étou étou.

I HOPE YOU DIE IN A FIRE *musique*

J'ai hâte de te taper dessus, haaa~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Não éporque uma andorinha morre que acaba a primavera - PORTUGAL [UC] Mer 2 Sep - 22:13
Rien à redire sur la fiche, j'aime beaucoup ton histoire *^* Tu es validé, cher Portugais :D


Kit de survie généré aléatoirement
► Un AK-47
► Un drapeau
► Un briquet
► Une lampe frontale
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Não éporque uma andorinha morre que acaba a primavera - PORTUGAL [UC]
Revenir en haut Aller en bas

Não éporque uma andorinha morre que acaba a primavera - PORTUGAL [UC]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Não éporque uma andorinha morre que acaba a primavera~
» "Bonsoir ... j'ai entendu dire que vous recrutiez."
» Les maréchaux de l'empire Soult
» PORTUGAL DIRECTION ALCOBACA !
» VIVA PORTUGAL MEDIA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hetalia : Edge of Eternity :: Nos viesNos vies :: Présentations :: Présentations validées-