Partagez|

« Can you see all the HOPES and DREAMS ? » | 100%

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Date d'inscription : 06/03/2016
Messages : 6
Hong Kong

Mon statut
Mutation:
Expérience: 0/1000
Inventaire:
MessageSujet: « Can you see all the HOPES and DREAMS ? » | 100% Mer 9 Mar - 19:31
APH : Edge of Eternity
Li

 
« ... »


 

   
   
   


 
Présentation

 


« Yo.

On m’a demandé de parler de moi, mais je n’aime pas trop ça, alors je serais bref. Je me fais appeler Li, ce qui est déjà un surnom en soi, mais j’accepte aussi Hong, puisque la plupart des gens m’appellent comme ça. Je représente la Région Administrative Spéciale de Hong Kong, qui n’est pas qu’une simple ville comme beaucoup le pensent, mais une culture, une Terre, un peuple à part entière. Même si nous appartenons à la Chine depuis peu, j’interdis quiconque de nous mépriser.

Il me semble que le jour où j’ai ouvert les yeux pour la première fois était un 1er juillet. Pour ce qui est du jour où je suis « né » à proprement parler, je ne m’en souviens pas. Je ne vois pas en quoi mon genre et mon orientation sexuelle viennent apporter quoi que ce soit en ces temps. Mais je suis bien un homme, si certains en doutaient. Je ne suis pas en couple, et ça ne m’intéresse pas.

Mon principal défaut, c’est que je me suis renfermé. Ça n’a pas toujours été le cas, mais je crois que c’est ce qui dérange le plus les gens actuellement. Je ne parle que très peu et je reste discret. Il paraît que ça peut mettre mal à l’aise.

Ma qualité majeure, c’est mon sens de l’observation. Il m’aide à être empathique, et je cerne rapidement les autres. Je crois que c’est tout ce qu’il y a d’intéressant à dire sur moi. »


Taille : 171 cm

Poids : 58 kg

Mutation : Illusion – Capacité à tromper les sens d’un autre être vivant en lui imposant une illusion.

Arme de prédilection : Arme de mêlée
© Fluorocarbon


 
Physique

 



« Notre représentant ? Je ne l’ai jamais vu ! Certains disent que c’est un fantôme.
- Ah oui, je l’ai vu une fois ! Il est très grand, et impressionnant ! Il botterait le cul de n’importe qui. On est la nation la plus forte, haha !
- Il paraît que c’est une sublime jeune fille. J’y crois, moi, ça collerait super bien à Hong Kong !
- Un représentant ? Vraiment ? Je savais que les autres nations en avaient mais… Attendez, ça veut dire qu’on est une nation ? Sérieux ? »

Maître Fei lissait sa longue moustache. Il était le parfait stéréotype du vénérable maître chinois : calme, sage. Et vieux. Il était le quatrième maître de Li, faut dire qu’il avait eu le temps d’en voir défiler, des maîtres, en plus de deux cent ans de vie. Il était le maître qu’Hong Kong préférait et respectait le plus, un comble pour un adolescent insolent qui n’en faisait qu’à sa tête. Maître Fei connaissant Li plus que quiconque, en excluant bien évidemment les autres nations asiatiques, qui avaient vu le représentant de la région spéciale grandir. Il souriait calmement en entendant les rumeurs sur son élève. Cela le faisait rire silencieusement.

En effet, Li n’avait que très peu de choses en commun avec la description que ses habitants faisaient de lui. Il n’était ni grand, ni spécialement fort. Ce n’était pas un fantôme, ni une sublime jeune fille, au risque de décevoir la populace. Bien sûr, une partie de la population l’avait déjà vu, ne serait-ce que le gouvernement ou les curieux qui veulent en savoir plus sur lui. Mais il restait un grand mystère, de par sa discrétion volontaire.

La vérité étant surtout qu’il était un Hongkongais des plus banals. Un petit mètre soixante-et-onze, ce qui était déjà respectable pour un Asiatique, pas bien gros. En fait, il était plutôt mince, ce qui était en soi assez contradictoire avec le fait qu’il mangeait plus qu’un régiment entier. Il engloutissait la nourriture à une vitesse impressionnante et grignotait toujours entre deux cours de perfectionnement, à la grande incompréhension de maître Fei qui, s’il se permettait de manger autant que l’adolescent, serait un gros tas. Sûrement une autre particularité des nations, qui semblent être façonnées selon la moyenne physique de leur peuple. Il était vrai que le pourcentage d’obésité à Hong Kong était ridicule. Soit.

Le maître ne comprenait pas vraiment non plus le concept de la coupe de cheveux de Li. Des mèches plus longues sur le devant, une frange balancée sur le côté gauche de son visage, et le reste coupé plus court sur l’arrière de son crâne. Sans oublier les décolorations qu’il s’infligeait pour avoir les cheveux plus clairs. Un joli châtain, certes, mais peu naturel sur un Asiatique. Autre chose de surprenant, bien que souvent caché par sa frange : ses sourcils. Restés noirs, et surtout, énormes. Il n’aimait pas spécialement en parler, c’était un vestige de son passé qu’il préférerait oublier (merci Angleterre, ton sens de l’esthétique nous étonnera toujours).

Sous les sourcils qu’on oubliera vite pour lui faire plaisir, n’est-ce pas, ses deux yeux. Noirs, bridés, rien d’intéressant à dire là-dessus. Un nez, petit, plutôt banal, et de fines lèvres qui ne s’étendaient que très rarement en un sourire. Mais quand ça arrivait, on pouvait voir apparaître deux petites fossettes sur ses joues. Ses oreilles étaient percées, trois trous à chacune, mais ses six boucles d’oreilles constituaient ses seuls piercings. Il n’avait pas de tatouage, ni de cicatrice particulière sur le corps.  Sa peau, légèrement plus bronzée que la plupart de ses camarades asiatiques, n’avait aucune marque spéciale. Bref, un physique tout ce qu’il y a de plus normal.


Mais ça, c’était lorsque la paix régnait sur la région d’Hong Kong. Aujourd’hui, maître Fei ne le reconnaîtrait plus, s’il était encore en vie pour le voir. Derrière son masque rouge et noir à tête de renard, son sourire s’est évaporé, et sûrement pour un bon moment. Sous ses yeux qui semblent éteints, des cernes violacés marquent sa fatigue constante, puisque Li dort très peu. Ses joues sont creusées par une nutrition pas assez conséquente. En effet, le jeune homme a perdu pas mal de poids, et ses os sont apparents par endroits, notamment au niveau des côtes.

Ses cheveux, peu entretenus pendant la fuite, ont pris de la longueur. Ses mèches avant atteignent ses épaules, et ses racines noires sont maintenant apparentes, contrastant grandement avec le châtain des anciennes décolorations.

Lors de son départ, sous la chaleur écrasante malgré l’hiver non terminé, Li ne s’est encombré que d’une tenue légère d’art martial, pratique et confortable. Hong Kong ne possédant pas d’armée, il ne put bénéficier de vêtements plus résistants et conçus par la guerre. De toute manière, il ne compte pas combattre. Il est trop faible pour ça. C’était facile, avant, de pouvoir se cacher derrière les Chinois. La seule barrière entre l’ennemi et lui, à présent, est son masque et ses illusions.


 
Caractère

 



Là encore, vous allez avoir le droit à une comparaison avant/après. Parce que Li ne ressemble en rien à ce qu’il était avant. D’un naturel flemmard, il pouvait passer des heures à jouer à la console, traîner sur Internet ou sur son smartphone. C’était un garçon qui aimait bien embêter ses proches, tel un petit troll. Ah pour mettre des pétards dans les affaires des autres y’avait du monde, c’est sûr. Plutôt bavard, il avait adopté le super langage, genre trop stylé you know, que les jeunes Hongkongais prennent pour se la péter. Avec un savant mélange d’english et de genre, wow, trop swag t’as vu, de quoi faire retourner les anciens qui ont pris le temps de développer le Cantonais dans leur tombe.

C’était un gros mangeur, du genre à faire des concours de celui qui peut engloutir le plus de hamburgers à la suite. Une certaine insouciance englobait le jeune Asiatique. Il était le genre à se ficher de tout, à tout prendre à la légère. Il était beaucoup plus stimulant pour lui d’aller en journée shopping avec ses potes nations que de rester au gouvernement pour signer des papiers. Il a toujours été un peu détaché de tout ça.


Depuis, il s’est énormément renfermé. Il ne parle plus autant, ne sourit plus, ne pense plus à son smartphone. C’est un jeune homme très silencieux, et il n’est pas rare de ne pas le remarquer et de penser « tiens, mais il était là, lui ? ». C’est qu’il n’a pas forcément envie qu’on le voit non plus, puisqu’il se sent constamment pathétique, et faible. Il a très mal digéré le fait de voir son peuple muter sans pouvoir faire quoi que ce soit, et s’en voudra sûrement pour toujours.

S’il ne parle que très peu et ne montre pas ses émotions, cela ne veut pas dire qu’il est de pierre et totalement froid. Son passif de troll lui a laissé la mauvaise habitude de balancer des piques dès qu’il en a l’occasion, mais plutôt verbalement que physiquement (c’est pas comme s’il trouverait des pétards dans la base de toute façon, le pauvre bichon). Aussi peut-il rester silencieux tout le long d’une discussion et sortir un « comme ta bite » sauvage, de nulle part. Pardon pour la vulgarité.

Très calme de manière générale, il ne s’énerve que très peu, mais a une prédisposition agaçant à la bouderie. Il est du genre à se vexer pour un rien. A l’époque, il aurait répliqué sans problème, mais seuls les plus privilégiés auront le droit à une joute verbale digne de ce nom avec lui.


 
Petit plus

 



NB : Ces informations ne sont pas spécialement importantes ni intéressantes, mais elles apportent quelques explications sur Hong Kong. Je les mets avant l’histoire pour clarifier directement certains points sur l’art martial que pratique mon personnage, son masque et sa mutation, à laquelle j’ai apporté une petite touche personnelle qui, j’espère, vous conviendra. Bonne lecture ! :D

Dao Shu

Le dao shu est un art martial chinois axé sur la défense et le qi. Il existe trois degrés différents de maîtrise de ce sport de combat ; ici, je ne parlerais que de celui qui concerne Hong Kong : la psychodéfense. Cette technique repose en majorité sur le qi, l’énergie qui alimente la plupart des arts martiaux asiatiques. Grâce à un contrôle total de soi et un apprentissage excessivement rapide des agissements de l’ennemi, le combattant qui a recourt à cette technique acquiert une plus grande maîtrise d’autrui, de ses faits et gestes, et peut ainsi les parer en les anticipant.

Li ne possède pas une force physique exceptionnelle et ne mettra jamais à terre tous les mutants attaquants ; ce n’est pas le but. Toujours sur la défensive et grâce à la maîtrise de son sabre (arme souvent utilisée dans le dao shu), il servira surtout à temporiser les attaques. Son atout principal est son agilité.


Le masque

Dans certains cas, le masque peut faire partie intégrante de la tenue relative au dao shu, surtout pour les démonstrations et les festivals. Ici, Hong Kong possède un masque en forme de tête de renard, qui lui a été offert par son dernier maître d’art martial. S’il lui a permis, en premier lieu, de se protéger le visage des saloperies volantes dans l’air, il lui permet aussi de se créer une coquille protectrice, dont il a bien besoin avec les événements récents. Il y a également une dimension psychologique au fait qu’il y tienne beaucoup, mais pour en savoir plus…


Le monde illusoire

Li a contracté la mutation d’illusion. Il doit être extrêmement concentré pour l’utiliser correctement, et la moindre distraction brise l’illusion. Quelques effets secondaires peuvent apparaître si l’usage de la mutation dure trop longtemps : maux de têtes, vision trouble et saignement des yeux, tremblements et pensé altérée dans les pires cas (lui-même ne sait plus s’il est dans une illusion ou dans la réalité pendant un certain temps). Plus les illusions produites sont grandes et précises, plus les effets secondaires se font ressentir par la suite. Si l’illusion ne dure que quelques minutes et est concentrée sur un seul être vivant, aucune répercussion ne sera notée sur Hong Kong.

Lorsqu’il utilise son don, notre Hongkongais est capable de créer une bulle illusoire autour de lui et sa cible. Seuls les êtres contenus dans la bulle peuvent voir l’illusion, lui-même compris. Les autres êtres présents ne remarquent rien, si ce n’est une grande concentration de la part de Li, et un comportement étrange sur sa cible. A son arrivée à la base, il ne la maîtrise que très peu. Ainsi, les informations sur son don englobent tout ce qu’il pourra faire dans le futur, mais pour l’heure, il n’est capable de générer que de petites illusions, sur un seul être, et pour une durée très limitée.


Histoire

 



Entrée 126

La mer est paisible. Il y a une légère brise, plutôt agréable. Aujourd’hui encore, je flâne. J’ai la belle vie, faut le dire. C’est vrai que récemment, Hong Kong est redevenu territoire chinois. J’ai cru que j’allais vivre un véritable calvaire, mais au final, le vieux me laisse tranquille. C’est ridicule. Au fond, c’était juste histoire de dire « regardez, on est les Chinois, on a beaucoup de territoires, on est trop des fifous ». Tu parles.

Mais bon, je l’aime bien, le vieux. C’est sympa de me laisser mon propre gouvernement et ma qualité de vie actuelle. Je ressasse souvent toutes ces histoires d’indépendance, mais au final, on est très bien comme ça. Hong Kong est l’un des ports commerciaux les plus influents de Chine, on est riches, on vit bien. Bref, pas de quoi se plaindre.

Ce que je m’amuse beaucoup à faire, outre écouter ces vieux aigris du gouvernement me rabâcher des conneries à longueur de journée, c’est me balader dans les ruelles peu fréquentées et observer les gens. J’ai le chic pour passer inaperçu, c’est dingue. A croire que je ne suis qu’un fantôme qui déambule entre les buildings. Mon peuple me remarque peu, j’en profite pour faire un peu tout ce qui me plaît. Regarder les feux d’artifice sur le toit du plus haut gratte-ciel, faire exploser des pétards un soir de fête, aller sentir les mille parfums du port, manger, dormir, jouer aux jeux vidéo, prendre des selfies sur Snapchat, la routine quoi. D’ailleurs, je vais envoyer une photo à Yong Soo pour le faire bisquer. J’ai l’édition collector d’un jeu vidéo dont il m’avait parlé il y a quelques jours, il va rager.

Entrée 127

Les Américains sont tarés. Cool, mais tarés.
Il y a eu une réunion mondiale aujourd’hui, chose rare, mais la nouvelle en valait le détour. Tout fier, Etats-Unis nous a présenté l’aboutissement de nombreuses recherches scientifiques sur la modification d’ADN. Apparemment, les laboratoires américains ont réussi à créer une substance qui, une fois implantée dans un être humain, le fait bénéficier de toutes sortes de mutations. Un scénario digne d’un Marvel. Les Américains ramassent tout le mérite pour leur pomme, mais quelques-uns ont râlé qu’ils y étaient aussi pour quelque chose. Genre Yong Soo, mais bon, lui c’est qu’un mytho. Et je crois que le vieux est un peu jaloux. T’en fais pas Yao, t’as pas inventé la poudre mais on t’aime quand même. Oh, attends.

Pour en revenir à cette histoire d’ADN, le gouvernement américain compte rendre ça publique afin d’en faire profiter le monde entier. Chaque pays est libre d’accepter ou non d’opérer ses habitants. J’en ai vu beaucoup de sceptiques, d’autres enthousiastes… Personnellement, j’étais plutôt mitigé. Avoir un don surnaturel a presque autant de côtés négatifs que de côtés positifs. A l’heure actuelle, je pèse encore le pour et le contre, et mon gouvernement attend mon feu vert. Je pense que la première chose à faire est d’informer les Hongkongais de ce projet. Ça fait des années qu’ils se battent pour ne pas se faire endoctriner par les Chinois, alors autant aller dans leur sens. J’aime quand mon peuple se lève pour ses droits. Je pense que je vais prendre contact avec les médias et leur livrer ce que je sais, et selon la réaction du peuple, j’agirais.

Entrée 128

Il a fallu peu de temps pour que la majorité de mes habitants déclare vouloir bénéficier, comme nos voisins, de ces modifications d’ADN. J’ai donné mon accord après mûre réflexion, même si c’est du cinéma tout ça. Je n’ai quasiment pas d’influence sur le gouvernement, je suis juste là pour décorer, un peu comme le président. Ceci dit, ils prennent toujours soin de me consulter, sans doute pour faire bonne figure. Honnêtement, je suis très détaché de toutes ces histoires de politiques. Je reste attentif aux demandes de mon peuple, c’est tout.

Le peuple a demandé les modifications. Alors modifications il y aura. Dès demain, les implantations commenceront dans les cliniques d’Hong Kong. J’ai hâte de voir le résultat. On est un peu en retard, toutes les nations autour de nous ont déjà procédé aux opérations. Tout se passe pour le mieux, alors c’est enfin à notre tour. C’était certes, un peu mesquin de ma part d’attendre de voir les effets secondaires chez les autres avant de plonger moi-même dedans, mais je préfère prévenir que guérir. Je vais surveiller ça de près.

Entrée 129

Il me semble que tous les habitants d’Hong Kong ont subi l’opération. Lors de mes balades quotidiennes dans la ville, j’ai pu voir beaucoup de choses extraordinaires. J’ai vu une jeune fille qui arrivait à soulever une voiture rien qu’à la force de ses bras. Un homme avait le pouvoir de séduire n’importe qui, en un seul regard. Il y avait même une vieille dame qui façonnait des objets dans l’argile sans même la toucher. C’était impressionnant. Ceci dit, je n’arrive pas bien à savoir quelle mutation est la plus répandue au sein de mon peuple. Je vois tellement de choses différentes, et fascinantes. Je ne sais pas si l’opération fonctionne pour les nations. Aucun de mes proches n’a essayé. Pourtant, ça me tenterait bien, d’avoir quelque chose de spécial.

Oui parce que je ne suis pas assez spécial, en tant que nation, c’est sûr. Enfin. Pour pallier à mon manque d’originalité, je suis allé perfectionner ma maîtrise du dao shu dans le dojo de maître Fei. Il trouve ma vision du combat trop délicate. Ce qui est aussi un point positif, puisque j’arrive à me mouvoir facilement sans me faire remarquer. Il m’a également parlé de mon masque. D’après lui, c’est un attrait plutôt atypique, qui reflète bien mon qi et ma façon d’être. C’est lui qui me l’a offert. Il m’effraie un peu parfois, surtout qu’il a récemment été doté du don de télépathie. Je ne peux donc rien lui cacher, et il sait que je meurs d’envie d’avoir un don, moi aussi. Mais il ne m’en a rien dit. Il m’a suggéré d’aller me reposer et d’attendre la suite des événements.

Entrée 130

Je suis dégoûté.
Petit à petit, mes chers frères et sœurs ont contracté une mutation. Le vieux, Yong Soo… C’est abusé, moi, j’ai rien du tout. Je sais que mon peuple a bénéficié de la modification d’ADN un peu plus tard mais quand même. Pourquoi rien ne vient ? Je suppose que je dois juste attendre. Je n’aime pas attendre. Mais pas le choix. En attendant, je vais faire en sorte de bloquer Yong Soo sur les réseaux sociaux. Sinon il va pas arrêter de me narguer, le con.

Entrée 131

Des heures sombres se préparent, c’est une certitude. Je surfais tranquillement sur le net quand je suis tombé sur l’article qui mentionnait ce qui s’est passé. En Amérique, une créature étrange a été trouvée. Elle était extrêmement agressive et soi-disant déformée, sans forme réelle, déambulant presque avec difficulté. Je n’ai pu trouver aucune photo sur Internet, seulement des dessins et des théories. Si j’ai d’abord cru à une stupide rumeur, le nombre d’articles sur le sujet s’est ensuite multiplié. Comme quoi, on ne peut rien cacher aux Internautes. D’autres informations sont apparues. La créature serait d’origine humaine. C’est ce que l’autopsie a délivré comme information. Je ne sais pas quoi en penser. Cette chose qui a attaqué la population, était-ce… Un être humain ? Avant ? Comme une espèce de zombie ? Ça n’a pas de sens. Les zombies n’existent pas. Ceci dit, il y a quelques mois, j’aurais dit que les mutations non plus n’existaient pas. Il doit y avoir un lien.

Entrée 132

Il y en a d’autres. L’ensemble des Etats-Unis est touché, on ne parle plus que de ça à la télévision. Des monstres hideux, des humains mutés, attaquent les civils et les réduisent en charpie. C’est à glacer le sang. Ils ont appelé ça le Syndrome de Désagrégation Génétique, le SDG. Ça ne m’amuse plus du tout. Ça m’effraie. J’espère sincèrement que l’armée américaine arrivera à contrôler ce désastre, ou sinon… Je ne peux pas m’empêcher d’avoir un mauvais pressentiment, et ce malgré la distance et les océans qui séparent ma nation des terres américaines. Parce que je sais très bien comment ça va se passer : Yao va devoir prendre une décision, et vite. Et moi, je ne serais que spectateur, je n’aurais pas mon mot à dire. Je sais qu’il saura quelle est la meilleure chose à faire, mais au fond… Merde quoi. J’espère vraiment que ces saloperies resteront sur le continent où elles sont apparues. Ça se fait pas pour Canada et les autres mais… Je l’espère sincèrement.

Entrée 133

Elles arrivent. L’Europe est envahie. Bientôt, ce sera notre tour, je le sais. Je me sens si faible. Mes voisins peuvent encore se battre, résister, repousser l’invasion. Mais moi, qu’est-ce que je peux faire ? En plus, le gouvernement commence sérieusement à me pomper l’air. Ils attendant que je réagisse, ils sont bien naïfs. Je n’ai aucun pouvoir. La Chine doit décider pour nous et ils le savent pertinemment. En plus, ma mutation ne s’est toujours pas manifestée, je ne comprends pas. Je devrais avoir un don, moi aussi. Quelque chose qui m’aiderait à tous les protéger. Quelque chose qui les rassurerait, qui me rassurerait. Mais rien. J’ai tout essayé. J’ai claque des doigts pour faire apparaître quelque chose, j’ai essayé de cogner dans un rocher, de respirer sous l’eau (plus jamais), d’étendre mon bras, bref, n’importe quoi ! Mais rien ne marche. Rien ne se passe jamais. Je n’ai rien. Je ne peux rien faire. Je vais devoir me cacher ? Non. Je refuse. Je me suis toujours tenu debout devant les guerres, les colonisations, les famines, je ne plierai pas, pas maintenant, ni jamais.

Si seulement je pouvais faire quoi que ce soit.

Entrée 134

Yao a fermé les frontières. C’est une grave décision qu’il n’aurait pas prise si la situation n’était pas critique. J’ai ordonné qu’on cesse toute activité portuaire. Les bateaux restent au port et plus aucun n’entre. J’ai également prit des dispositions pour que l’aéroport soit fermé jusqu’à nouvel ordre. Nos policiers sont postés tout le long de ce qui s’apparente de loin à des frontières avec le reste de la Chine. Je ne peux rien faire de plus. Nous n’avons pas d’armée, ni de dispositions militaires. Les mutants sont à nos portes, et il n’y a rien de plus que je puisse faire.

Je n’ai jamais eu aussi peur. Si la guerre n’avait pas ravagé ma nation auparavant, peut-être que j’aurais moins peur, je serais encore insouciant. Malgré tout ce que j’ai essuyé par le passé, je ne peux pas m’empêcher de ressentir cette panique incessante. Mon pouls s’accélère dès que j’entends qu’ils avancent encore, atteignant ce qu’il reste des terres intactes. Le Japon aussi a été touché. Je ne sais pas ce qu’il est advenu de lui, et je crois que c’est la première fois de ma vie que je prie intérieurement pour qu’il aille bien. Lui, et les autres. Aujourd’hui, les médias ont annoncé que l’île de Taïwan n’était plus vivable. Je me sens si mal. Où peut-elle bien être ? S’il lui arrivait quelque chose je…

Entrée 135

Le virus a touché un vieillard. Deux cadavres d’enfants ont été retrouvés dans les ruines de Kowloon ce matin. Le vieil homme s’est métamorphosé en bête hideuse avant d’arracher les entrailles de ses propres petits-enfants. Sa famille. D’innocents êtres humains. La police a réussi à maîtriser le mutant avant de mettre fin à ses jours. On décompte cinq morts en tout, le monstre inclus. Encore une fois, j’ai été inutile.

Bien à l’abris dans le gratte-ciel qui sert de siège au gouvernement, je me sens désemparé. La folie s’empare de ma population, je le ressens en moi, tout en n’étant qu’un spectateur. On n’a jamais fait aussi passif. Je suis l’être le plus lâche qui existe. A trembler dans mon coin sans lever le petit doigt pour aider ces pauvres âmes. Mais j’aimerai tellement, tellement pouvoir faire quoi que ce soit pour eux. Ce n’est pas avec mon sabre et mes trois prises d’art martial que je vais pouvoir les défendre. Me défendre. Ces mutants ont des pouvoirs que je ne peux même pas imaginer. Plus de la moitié de la population terrestre a déjà été ravagée, et moi, je suis si insignifiant. Je suis rien du tout. Je suis une petite nation, sans mutation, sans armée, sans indépendance réelle. Pitié, faites qu’il n’y en avait qu’un seul. Faites qu’aucun autre Hongkongais ne contracte le virus. Par pitié.

Entrée 136

Le chef du gouvernement hongkongais veut me faire évacuer. Ils m’ont dit qu’il y avait une base au Nord de l’Italie, près d’une ville qui s’appelle quelque chose comme Milan. Je ne suis pas sûr. Jour après jour, tout mon peuple a commencé à muter. Ils ne sont plus que des créatures sans âmes déambulant dans les rues, qui tuent tout ce qui est encore un tant soit peu humain. Je n’ai aucune nouvelle des autres. Je ne sais même pas s’ils sont encore en vie, si Yao est en vie. Si la Chine est encore debout. Ma population se meurt. Je me sens de plus en plus faible, c’est atroce.

Ils veulent me faire partir vers le Nord. La route maritime serait trop dangereuse, puisqu’aux côtes de l’Afrique ont été repérés des mutants aquatiques. Des mutants aquatiques, sérieusement ? Mais c’est quoi ça ? Qu’est-ce qui se passe à la fin ? Alors c’est fini, la planète se meurt ? Ce fléau mortel me terrifie. Mais en même temps, je ne veux pas abandonner mon peuple. Ils se sont tellement battus pour ces terres, pour leur vie. Et je partirais sans scrupules ? Ils ne méritent pas de mourir. C’est injuste. C’est tellement injuste. Ils sont si forts. Je suis tellement fier de ma nation. Et moi, je suis l’être le plus abject, le plus abominable.

Parce que je sais que je vais fuir et les laisser derrière.

Entrée 137

Je suis seul et rongé par les remords. Ça fait des jours et des jours que je marche, et je ne sais même pas où je vais. L’Italie est si loin. Autour de moi, il n’y a que des débris, des cadavres, de la puanteur. Tout est en ruines, je marche dans un désert infini qui n’existait pas jusqu’à ces derniers jours. J’ai croisé plusieurs mutants. Je dois jouer de ma discrétion naturelle pour les éviter, ou c’est la mort assurée. Si je suis une nation, et donc par définition, bien plus résistant qu’un être humain, mon sabre d’entraînement et mon manque frustrant de mutation ne sauveront pas ma peau. Tout ce que je peux faire, c’est marcher, me cacher, survivre. Hors de question de combattre en ces conditions, ou en toutes autres circonstances.

Tout ce qui me reste, c’est mon sabre, quelques boîtes de conserves, une bouteille d’eau presque finie et ce cahier où je me force à écrire pour ne pas perdre la tête. Mes yeux sont brûlés par la poussière soulevée par le vent, alors je porte mon masque à longueur de journée. J’ai du mal à respirer et j’ai perdu beaucoup de poids. Je tremble en permanence, j’ai tellement faim. Mais je dois rationner ma nourriture, ou sinon j’en aurait plus du tout avant même de sortir de la Chine. Je dors dans des abris de fortune, mais certainement pas sur mes deux oreilles. Le verbe approprié est « somnoler ». De ce fait, je suis épuisé, et chaque pas est un vrai calvaire. Mais je ne dois pas m’arrêter. Je porte sur mes épaules les espoirs, la conviction et toute l’histoire de mon peuple. Je dois me rappeler chaque moment, garder en moi toute leur force. Sans ça, ils disparaîtront, et moi avec. Je refuse.

Entrée 138

Qu’est-il advenu de Chengdu ? Je n’en reviens pas. Cette ville prospère et si grande n’est plus qu’un tas de ruines, de cendres et de cadavres pourrissants. Ça me rend malade. Je perds espoir, peu à peu. Je n’ai croisé personne, et ce désert sans fin est en train de causer ma perte, aussi bien mentale que physique. Au moins, je sais où je suis, mais ça ne me réconforte pas : je suis à plus d’un millier de kilomètres de la frontière chinoise. En admettant que je prends une heure pour faire un peu moins de cinq kilomètres, il me faudrait des semaines et des semaines pour sortir de là, et encore, je ne compte même pas la distance avec l’Italie, sinon je crois bien que je vais tourner de l’œil.

En parlant d’œil, tout à l’heure, j’ai eu très mal à la tête, et je me suis mis à… Pleurer du sang. Je crois. Je ne savais même pas qu’on pouvait saigner des yeux. Je crois que mon simple masque en bois ne suffit pas du tout à protéger mon visage de la poussière. J’ai du mal à respirer, mes poumons doivent être sacrément amochés. Je crois que si je suis encore en vie à cette heure-ci, c’est parce que j’ai eu un putain de bol. Je n’ai plus d’eau potable sur moi. Il ne me reste qu’une seule conserve d’haricots. Et je n’ai que trois heures de sommeil complet à mon compteur depuis un bon moment, je crois. Je ne sais plus. J’ai perdu la notion du temps. Il me semblait qu’on était en hiver, mais j’ai si chaud et le soleil tape tellement fort sur mon crâne que c’en est insupportable. Si je me retrouve sans encre, je crois que je vais mourir pour de bon. Et si je me sens proche de la fin, alors ça veut dire que… Mon peuple…

Entrée 139

Japon est vivant. Japon est vivant. Japon est vivant. Je m’en fous de gâcher de l’encre, je veux écrire cette certitude encore et encore. Japon est vivant.

Comme un idiot, je me suis fait attaquer par un mutant. Je ne l’ai pas vu venir. Et à vrai dire, il ne m’a même pas touché. Il était hideux, il ressemblait à un corps en décomposition, avec un crâne sans peau ni muscles, et une mâchoire béante qui semblait sur le point de se décrocher du reste du corps. Quand je l’ai aperçu, mon sang n’a fait qu’un tour. J’ai tout de suite dégainé mon sabre, mais à peine a-t-il déposé les trous noirs qui lui servaient d’yeux sur moi que je sentis tout mon corps s’engourdir. Bientôt, la douleur atteignit tous mes nerfs. Je n’avais jamais eu aussi mal de toute ma vie. C’est… Indescriptible à quel point c’était insupportable. J’avais l’impression d’exploser de l’intérieur, de brûler vif. Et je sais ce que ça fait, de brûler vif. Je ne sais toujours pas d’où venait ce mal, comment ce monstre a-t-il fait pour m’atteindre alors qu’il se tenait à quelques mètres de moi et que rien ne faisait le lien entre lui et moi. Tout ce que je sais, c’est que le simple souvenir de cette souffrance me serre le cœur. J’ai failli mourir. Pour de bon, j’ai cru mourir. Les nations ne meurent pas, pas comme ça, je le sais mais. J’en suis persuadé. J’étais fini.

Je ne me souviens pas de la suite. Je me suis réveillé dans un bâtiment en ruines, sur un vieux canapé en piteux état. A peine j’ouvris les yeux que je sentis une chaleur réconfortante m’envelopper. Je n’ai même pas eu le réflexe de reculer. Ni la force, à vrai dire. Je ne savais pas si j’étais en vie. Mais il était là. C’était lui. Japon m’avait sauvé la vie. N’est-ce pas ironique ? Japon m’a sauvé la vie. Et je n’ai jamais été aussi heureux de le voir. Je me sens tellement plus léger à présent. Je ne suis plus seul. Je crois que l’espoir me gagne à nouveau. S’il est en vie, alors les autres peuvent l’être aussi. Peut-être qu’ils sont déjà à Milan. Je l’espère de tout mon cœur.

Nous avons un peu discuté. Il m’a dit qu’il avait tué la bête qui m’avait attaqué. Je ne peux pas m’empêcher de me sentir admiratif. Lui, il se bat. Lui, il se bouge pour sauver sa peau et son peuple. Pas comme moi. Durant l’attaque, j’ai perdu mon masque, mais heureusement, il l’a ramassé pour moi et me l’a rendu. S’il avait tenu sur mon visage, il ne m’aurait pas reconnu et… Peut-être qu’il ne m’aurait pas sauvé. Je ne sais pas. Je ne veux pas y penser. Je suis en vie. Japon est en vie. Nous allons nous rendre à Milan tous les deux.

Japon est en vie.

Entrée 140

Je ne me suis jamais senti proche de Japon. Il m’a fait souffrir, et il a fait souffrir Yao. Les guerres sont ce qu’elles sont, mais je ne lui ai jamais vraiment pardonné. De ce fait, je ressens un malaise en sa présence. Mais je suppose qu’il n’y a pas vraiment de place pour ça lorsqu’on fuit la mort. Je ne lui ai jamais beaucoup parlé, et ça ne s’arrange pas. Il ne me parle pas non plus. Je crois que c’est mieux ainsi. Je me félicite intérieurement d’avoir pris mon masque. S’il protège un minimum mon visage de toutes les saletés de l’air, il m’aide aussi à me préserver. Je me sens mieux ainsi. J’ai l’impression d’être à l’écart des événements et de… Lui.

C’est paradoxal. Sa présence, aussi oppressante soit-elle, me rassure. Ce n’est pas parce que je ne l’apprécie pas plus que ça que je n’ai pas conscience de l’influence de son pays. Le Japon est une nation forte, indépendante, qui s’est toujours relevée. C’est un homme honorable, je crois. Je me sens en sécurité avec lui, et je dois avouer que faire le voyage à ses côtés me fait me sentir plus léger. Moins effrayé. Peut-être qu’à la fin de cette histoire, ma rancœur envers lui se sera un peu effacée. Pour l’heure, le moindre soutien est le bienvenu, pour moi comme pour lui, je pense.

Entrée 141

Je crois que j’ai une mutation, moi aussi. Je ne sais pas si je l’ai toujours eue et que je n’ai jamais réussi à la faire se manifester, ou si elle vient d’apparaître. Je n’arrive pas du tout à la contrôler, et c’est dans un élan de panique que je l’ai découverte.

Nous avons trouvé une rivière. J’avoue que je commençais à désespérer. On a pu boire, se laver, se rafraîchir. Je crois que je ne m’étais jamais senti aussi bien depuis le début de mon voyage. Ça aurait été trop beau que ça se passe bien dans le meilleur des mondes, alors avant même que j’ai fini de m’habiller, un mutant est apparu près de nous. Japon m’a fait signe de le suivre. Connaissant mon agilité naturelle, j’ai voulu le rejoindre en quelques bonds, mais les pierres étaient bien plus glissantes que je ne le pensais, et je me suis vite retrouvé les fesses dans l’eau, ce qui attira immédiatement l’attention du monstre. Dans la précipitation, mon camarade avait -forcément- oublié son sac de l’autre côté de la rive, et voilà que l’abomination courait tant bien que mal vers moi. Trempé, à terre, à moitié habillé, je ne pouvais que fixer, impuissant, la chose venir à moi dans le but de mettre fin à mes jours.

Je ne sais pas comment j’ai fait. Je ne sais pas ce qui s’est passé. Tout ce que je sais, c’est que j’ai souhaité très fort qu’un mur se dresse entre lui et moi. Et instantanément, le mutant a freiné. Je pouvais le voir distinctement. Un mur de pierres, qui avait jailli devant mes pieds. Je n’ai pas eu le temps de réagir, Japon avait déjà récupéré son sac et m’avait, encore une fois, sauvé la mise. Après ça, il m’a assuré ne voir aucun mur, et lorsque le monstre rendit son dernier souffle, l’illusion se brisa. Il me semble en avoir déjà entendu parler. Des personnes capables de créer des dimensions illusoires que seules elles et leurs victimes pouvaient voir. Pour être bien certain qu’il s’agissait là d’une mutation et non pas d’un délire de mon cerveau bien trop abîmé par les événements, j’ai testé sur Japon, et j’ai réussi à lui faire voir… Des fleurs. Les mêmes fleurs qui ornent mon masque, alors que la terre ne se prête plus vraiment à faire pousser des orchidées. Je pouvais les voir également, mais j’ai eu vite mal à la tête, alors j’ai arrêté.

Il va falloir que je m’entraîne, mais je crois que ça peut être assez utile pour faire diversion ou occuper un ennemi pendant que Japon s’occupe de lui trancher la tête. A nous deux, on peut survivre. J’en suis certain, désormais.

Entrée 142

On a trouvé une voiture en Ukraine. Ça fait du bien. On va beaucoup plus vite, nos corps se reposent, et comme nous empruntons des routes discrètes et majoritairement perdues dans les forêts, on n’attire pas l’attention sur nous. Au moment où j’écris ça, nous sommes à la frontière italienne. Plus qu’une poignée de kilomètres et nous auront atteint la base. Je suis si

Entrée 143

J’ai enfin la force d’écrire quelque chose. Lorsque j’écrivais ma dernière entrée, Japon et moi on s’est fait attaquer par tout un groupe de mutants. J’ai pris un coup violent sur la tête et j’ai perdu connaissance. Je n’ai pas eu le temps de bien utiliser ma mutation, et Japon a dû faire face à tous ces mutants seul…

J’ai repris connaissance il y a quelques heures. Aucune trace de Japon, de la voiture ou de la base. A la place, un blondin un peu étrange qui trifouille un GPS. Il m’a ramassé par terre, enfin c’est ce qu’il dit. Il n’a pas vu Japon, ni la voiture. Les coordonnées de la machine indiquent qu’il reste un sacré bout de temps avant Milan pour deux faibles gars à pieds. J’ai donc récupéré mon masque – faut que les gens qui me ramassent perdent cette sale manie de me le retirer, je le porte pas pour rien. Il faudrait que je commence par arrêter de perdre connaissance surtout, ça en devient ridicule.

Il m’a dit qu’il représentait l’Islande. Et que ce serait plus sûr de finir la route ensemble. Tout ce que je peux espérer, c’est que Japon va bien et qu’il est arrivé sain et sauf à la base. Mais je ne peux pas m’empêcher de m’inquiéter. Je le connais.

Il n’aurait jamais laissé un homme à terre.


 
Derrière l'écran

 


Pseudo : Kana

Âge : 19 ans !

Sexe : Femelle, très cher.

Comment avec-vous connu le forum ? Je sais plus ça date. x:

Que pensez-vous du forum ? Si je m’accroche c’est que je l’aime fort. èé’

Quelle est votre disponibilité ? Sur une échelle de 1 à 10 je dirais 14.

Code du règlement D’après mes souvenirs c’est « La zombification permet de jouer au lancer de bras » mais sachez qu’il n’apparaît plus dans le règlement ! (Je ne sais pas si c’est volontaire ou pas mais au cas où xD)

Autre chose ? L'histoire a été arrangée avec Japon et Islande, merci beaucoup à toutes les deux. ♡
Je suis consciente d'avoir pris énormément de liberté avec le personnage, sa mutation et tout le tintouin, alors si quelque chose dérange, n'hésitez surtout pas à me le dire. x:
© Ju de Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Date d'inscription : 14/08/2015
Messages : 36
Corée du Sud

Mon statut
Mutation: manipulation de l'énergie
Expérience: 50/1000
Inventaire:
MessageSujet: Re: « Can you see all the HOPES and DREAMS ? » | 100% Mer 9 Mar - 20:52
Bienvenue !
Comme tu as déjà finis ta fiche, bonne chance pour ta validation !
J'ai hâte de rp avec toi !
Et le post-scriptum inutile, il faudra qu'on parle du lien des deux étant donnée que le lien canon est assez mince entre le deux, à mon humble avis souvent incorrect.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Date d'inscription : 06/03/2016
Messages : 6
Hong Kong

Mon statut
Mutation:
Expérience: 0/1000
Inventaire:
MessageSujet: Re: « Can you see all the HOPES and DREAMS ? » | 100% Mer 9 Mar - 20:58
Merciii !

Alors pour le lien, on pourra en parler oui, c'est vrai que y'a pas vraiment de lien entre la Corée du Sud et Hong Kong, pour moi ils sont genre... Potes de conneries mais après on peut arranger comme tu veux. c:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Date d'inscription : 03/01/2016
Messages : 81
Japon

Mon statut
Mutation: Lecture d'aura
Expérience: 0/1000
Inventaire:
MessageSujet: Re: « Can you see all the HOPES and DREAMS ? » | 100% Jeu 10 Mar - 9:34
Bienvenue, frangin! \o/ J'ai hâte de t'accueillir à la base :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Date d'inscription : 06/03/2016
Messages : 6
Hong Kong

Mon statut
Mutation:
Expérience: 0/1000
Inventaire:
MessageSujet: Re: « Can you see all the HOPES and DREAMS ? » | 100% Jeu 10 Mar - 9:38
Merciiiiii. ♡
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Date d'inscription : 14/03/2015
Messages : 39
Pontianak
Indonésie

Mon statut
Mutation: Contact empoisonné
Expérience: 0/1000
Inventaire:
MessageSujet: Re: « Can you see all the HOPES and DREAMS ? » | 100% Jeu 10 Mar - 20:56
Oh mais... c'est... une référence à Undertale !! un petit asiatique~

Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Date d'inscription : 06/03/2016
Messages : 6
Hong Kong

Mon statut
Mutation:
Expérience: 0/1000
Inventaire:
MessageSujet: Re: « Can you see all the HOPES and DREAMS ? » | 100% Jeu 10 Mar - 21:11
Quoi non jamais pas mon genre

Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Date d'inscription : 09/12/2015
Messages : 21
Écosse

Mon statut
Mutation: Métamorphose animale
Expérience: 0/1000
Inventaire:
MessageSujet: Re: « Can you see all the HOPES and DREAMS ? » | 100% Sam 19 Mar - 12:12
Tout comme pour Is wehe... eh.

Je m'excuse pour pon retard de fou urgh. Le taff tout ça :c J'espère que tu ne nous en tiendras pas rigueur.

Et donc toi aussi, je n'ai rien à redire, la fiche est perf ! Je te valide donc de ce pas. ♥

Et voilà ton kit !

-Un couteau de chasse
-Un drapeau
-5 rations
-Et tu gardes le GPS ramassé en cours de route c:

Voilà ! Bon jeu :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Date d'inscription : 06/03/2016
Messages : 6
Hong Kong

Mon statut
Mutation:
Expérience: 0/1000
Inventaire:
MessageSujet: Re: « Can you see all the HOPES and DREAMS ? » | 100% Sam 19 Mar - 20:20
Merci beaucouuuup ! ♡
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: « Can you see all the HOPES and DREAMS ? » | 100%
Revenir en haut Aller en bas

« Can you see all the HOPES and DREAMS ? » | 100%

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Hopes for revenge | Valet de Pique & Nuage de Frêne
» I dream of a man whose hopes never end to kiss with a girl who's as lovely as you, I'd give you my heart, if you gave me the truth...
» Molly ❥ I am and always will be the optimist. The hoper of far-flung hopes and the dreamer of improbable dreams.
» HIGH HOPES | LIAM.
» L'espoir est un rêve éveillé - Allan A. Hopes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hetalia : Edge of Eternity :: Nos viesNos vies :: Présentations :: Présentations validées-