Partagez|

« There's a demon inside... Just like Jekyll and Hyde. » | Scotland

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Date d'inscription : 09/12/2015
Messages : 21
Écosse

Mon statut
Mutation: Métamorphose animale
Expérience: 0/1000
Inventaire:
MessageSujet: « There's a demon inside... Just like Jekyll and Hyde. » | Scotland Mer 9 Déc - 18:58
APH : Edge of Eternity
Scotland

"He who makes a beast out of himself, gets rid of the pain of being a man."




Présentation



« Yo.
Moi c'est Kenneth, Kenneth Wallace. Je représente l’Écosse. Tu peux m'appeler Kenny, Scott ou Scotty, comme tu préfères, moi peu m'importe du moment qu'tu m'insultes pas. Ma vraie date de naissance, j'm'en souviens pas, mais je fête mon anniversaire le 30 Novembre, le St Andrew's Day, fête nationale écossaise. J'suis un homme, et si tu te moques de mon kilt j'te ferai bouffer tes dents les unes après les autres. Je suis plutôt hétéro et actuellement célibataire. Ma principale qualité est mon courage et mon principal défaut est que je suis terriblement entêté. »

Taille : 1m82
Poids : 78kg.
Mutation : Métamorphose animale : Écosse possède la possibilité de se métamorphoser en loup, plus précisément en loup noir de Mackenzie. Sous forme humaine, son ouïe et son odorat sont légèrement plus développés que la moyenne bien que ses sens soient toujours beaucoup moins développés que sous forme animale.
Cette mutation a également un effet sur son comportement.

Arme de prédilection : Arme à feu
crédits


Physique



Autant dû à son caractère qu'à son physique, Kenneth c'est pas le genre de type qu'on peut louper dans la rue…
Comment, pourquoi ? Lisez les quelques lignes qui suivent, et vous comprendrez ce que je veux dire~
C'est dû à sa carrure tout d'abord Kenneth est grand, plus d'un mètre quatre-vingt (un mètre quatre-vingt-deux, pour être précis) et bien bâti. Ses épaules sont larges, ses bras musclés, et il possède le fameux « six-packs », que j'appellerais simplement des abdos travaillés, et bien formés.
Le tout pour un total de soixant-dix-huit kilos !
Sa morphologie forme naturellement un V, notons donc que ses hanches sont plus étroites que ses épaules
Sa peau est blanche, très blanche, c'est celle du rouquin par excellence, celle qui est parsemée de tâches de rousseur et qui est ultra sensible au soleil : Il ne bronze pas non, mais les coups de soleil il les choppe dès qu'il met le nez dehors en été… C'est pour ça qu'il ne met pas le nez dehors en été d'ailleurs.
Ahem.
Ne commençons pas à dériver du sujet principal~
Pour en revenir à sa peau donc, je rajouterai qu'elle peut parfois être parcourue de boutons, et que quelques grains de beauté sont éparpillés ça et là, mais aussi qu’elle est terriblement sèche. Kenneth n’en prend pas soin, jamais. Pas le temps, mais surtout pas l'envie, s'en résulte une peau sensible à tout type d'agression, gerçant à la moindre occasion.
C'est douloureux, mais pour être tout à fait sincère, il s'en fout, il fait avec, parce que ça finit toujours par passer, de toute façon.
Bon, passons, allons dans les détails~!

Ses cheveux tout d'abord. Ils sont coupés court et très rarement coiffés (sauf si on admet le fait que secouer la tête le matin après la douche est une façon correcte de se coiffer). Ils sont naturellement roux, un roux carotte assez laid, une couleur que Kenneth cachait habilement sous une teinture d'une couleur rouge vif en temps normal... Oui, en temps normal. Mais disons que l'apocalypse ne l'aide pas à trouver des teintures adapter à chaque coin de rue... Ainsi, il est juste redevenu roux, comme avant.
Et c'est assez triste.
Pour continuer sur sa tignasse, il faut savoir qu'il n'en prend pas beaucoup plus soin que sa peau... Ils sont donc assez secs, et nul doute que s'il les portait plus longs, ils seraient cassants.
Eh non, on ne peut décidément pas être parfait, hein~

Pour continuer ensuite, son visage !
Il est assez long, et ses traits sont relativement peu marqués. Ses pommettes ne ressortent pas, et son nez est droit et pointu -bien qu'il ait failli à plusieurs reprises finir tordu à cause de ses nombreuses bagarres.
Ses lèvres sont fines, roses et, comme dit plus haut, souvent gercées.
Ses yeux, légèrement en amande, sont d'une drôle de couleur jaune, due à sa mutation. Ils sont surmontés par d'épais sourcils (mais épais... Épais humains hein. C'est pas comme Arthur qui a des sourcils digne d'un alien...)

J'ajouterais qu'il lui arrive parfois de se montrer pas rasé, les jours de flemme.

Pour finir, je dirais que d'un point de vue vestimentaire, Kenneth est plutôt... Simple. Il n'est pas du genre à se casser la tête en général, surtout pour ça. D'autant plus qu'il n'a plus vraiment de quoi faire le difficile ! Il reste dans le simple et pratique, préférant son uniforme militaire au reste... Même si globalement il met un peu ce qu'il trouve, en fait.
Plus de quoi faire la fine bouche, vous dis-je.
Le kilt est plus rare, bien que présent dans son placard. Kenneth ne le sort que pour les grandes occasions, ou quand l'envie de porter la tenue traditionnelle de chez lui, lui prend !

J’ajouterai, en dernier, que Kenneth a les oreilles percées, et qu'il porte ainsi deux boucles à chaque oreille, et il possède un piercing, un hélix à l’oreille gauche, ainsi que deux tatouages.
Où ça, les tatouages…? Hehe…~
Saura qui pourra !


Caractère



Comment ça se passe dans sa tête ? Oh bah, plutôt bien.
Bon, disons-le, Kenneth, c'est un drôle d'énergumène, quelqu'un qui marque, dont on se souvient, un genre de type qu'on croise pas à tous les coins de rue, une personne un peu bizarre bien qu'il serait inutile de le faire interner.
Kenneth il n'est pas fou. Il est juste…
Juste…
Écossais.
Oui oui, vous lisez bien, et je ne me suis pas trompée, écossais, c'est le terme !

Mais bon, « écossais » hein, qu'est-ce que ça peut bien vouloir dire ? C'est vague. Puis, écossais, ça peut vouloir dire tellement de choses différentes...

Le Highlander, fier et -plus trop- sauvage ? Le William Wallace des temps modernes ?
L’oncle Picsou sans attributs animales ?
...Moui il se rapproche plutôt du dernier, mais sans le grand manoir à lui tout seul et les montagnes d'or, à son plus grand regret.

*ahem*

Essayons d’être sérieux cinq minutes !

L’une des premières choses à savoir sur Kenneth, c’est qu’il a un tempérament de feu.
Bien que d’apparence calme, il faut comme on dit, se méfier de l’eau qui dort, car lui, c’est une véritable bombe à retardement.
Calme et silencieux, il peut passer des heures simplement assis -ou couché- dans un canapé, à surfer sur internet grâce à son ordinateur ou son téléphone sans piper mot à aucun moment si le besoin ne s’en fait pas sentir -ou si quelqu’un n’a pas décidé de venir discuter avec lui. D’apparence, il est plus proche de la simple force tranquille, celui qui se prend pas trop la tête et pourtant...
Et pourtant, un petit rien suffit à le faire démarrer au quart de tour, les sautes d’humeur avec lui c’est quotidien. Il réagit très mal face à une contrariété, et les imprévus l’agacent au plus haut point. Alors il s’énerve, il se plaint -parce que c’est bien de se plaindre-, il grogne, il jure… Lorsque que quelque chose l’irrite, tout le monde le sait, mais sincèrement, il n’en a pas grand chose à faire, et il n'y a pas grand chose à faire pour que cela s'arrête. Il faut donc attendre que la colère soit passée… A part peut être lui en foutre une, mais ça, c’est un acte réservé uniquement aux plus téméraires d’entre nous, car le coup sera probablement renvoyé dans la seconde.
Ca jure totalement avec ce qu’il est quand il est tranquille hein ?
Bon, il lui arrive parfois qu’il ait un léger temps de latence, et qu’alors sa colère ne s’abatte pas immédiatement, mais là, c’est uniquement dans ses bons jours, et ces derniers sont relativement assez rares.
Un rien l’irrite, comme dit quelques lignes plus haut. (Vous suivez ?)

Bien, maintenant que vous savez, vous saurez donc que c’est quelqu’un à prendre avec des pincettes, si on veut pas qu’il se vexe et donc qu’il en devienne insupportable.

Mais bon, hein, Kenneth, ce n’est pas qu’un gueulard -même si ça a tendance à être la première chose qu’on apprend sur lui. En dehors des crises, c’est quelqu’un de très différent, comme on peut s’y attendre.
De manière générale, c’est quelqu’un qui se montre volontiers souriant et serviable -surtout s’il y a récompense contre son labeur, parce que bon, il est quelque peu opportuniste et fait rarement les choses de bon coeur-, et bien que l’on puisse parfois lui reprocher d’être bruyant, il n’en est pas moins sympathique et relativement chaleureux.
Bien que peu avenant -il paraît que son air continuellement renfrogné intimide les moins valeureux-, il peut se révéler de bonne compagnie…
Si on l’agace pas, du moins. (Vous suivez toujours ?)

En dehors de tout ça, il reste quelqu’un de très sûr de lui, qui n’a pas peur d’aller vers les autres -bien qu’il préfère que les autres viennent à lui, mais bon bref-. Il n’est pas particulièrement sociable sans pour autant être un solitaire, disons qu’il préfère s’entourer du nécessaire, ce qui explique probablement pourquoi son carnet d’adresse n’est que peu fourni -si on oublie les quelques numéros de jeunes filles qu’il n’a connues que pour un soir.
Un soir oui, et rarement plus. Kenneth n’est dans l’ensemble pas particulièrement sérieux dans la vie de tous les jours globalement, mais surtout quand on en vient aux histoires de coeur. C’est trop prise de tête pour lui, et si y a bien une chose qu’il déteste dans la vie, c’est les casses-tête. Puis les sentiments, c’est pas son truc en général.

Pour en revenir à ce que je disais un peu plus haut, Kenneth n’est pas quelqu’un de sérieux dans la vie, et j’ajouterais même qu’il lui arrive de faire preuve d’un sacré manque de maturité pour une nation de son âge.
Il a presque 2000 ans, mais en réalité il stagne autour de quinze mentalement.
Bah, ouais… Peut-on vraiment considérer qu’il est mature sachant qu’il a appris à jouer de la cornemuse -une arme de destruction massive selon certain sites internet douteux- juste pour le plaisir de vriller les tympans des autres, et qui a appris à jouer de la guitare juste pour draguer les filles ?
...Le pire étant que ça a tendance à marcher, et qu’il utilise toujours cette technique assez douteuse -aussi douteuse que les sites dont il est question, un peu au-dessus- quand il en a l’occasion.

Il y a un autre sujet particulièrement important dont il faut que je vous parle à propos de lui : sa mutation, la métamorphose animale, possède une certaine incidence sur son comportement. Bien que de manière générale il soit resté le même, lorsque l'on examine l'écossais, on peut noter quelques détails parfois amusant, parfois moins drôles. Il possède un indéniable instinct qui a tendance à le rendre nerveux quand le danger le guette...
Mais non, il ne vous fixera jamais d'un air stupide avec la langue pendante, ni ne vous demandera de lui gratter le ventre s'il vous apprécie. Faut pas exagérer non plus. C'est un loup, pas un chien !

Pour terminer… ?
Je dirais que vous en savez assez pour savoir comment Kenneth marche en général… Pour plus de détails, pourquoi ne pas voir avec le concerné~ ?

Petite note : Kenneth est nyctophobe (Phobie caractérisée par une peur intense de l'obscurité.) En gros, il a peur du noir ouaip, comme les gosses. Très très peu de personnes sont au courant cela dit.



Histoire



L’histoire de toute une nation est bien souvent longue, très longue. Celle de l’Écosse l’est encore plus, comme beaucoup constituée de guerres, d’alliances, de trahisons, de joie et de souffrance. Mais l’histoire de l’Écosse, aussi passionnante puisse-t-elle être, ce n’est aujourd’hui pas mon rôle de vous la raconter… Du moins, pas en entier.
Je ne m’arrêterai pas sur les guerres contre l’Empire Romain, le mur d’Hadrien, la fondation du Royaume, les Guerres d’Indépendance, Marie Stuart et tout ce qui a fait son histoire, ce qui a fait du représentant du pays, Kenneth, ce qu’il est. Non… Je suis ici pour vous parler de la pire tragédie que ce peuple fier et courageux, et même que le monde ait connu.
Je suis ici pour vous raconter la fin d’une vie, la mort de l’être que tous ces événements ont sculpté, et la naissance d’un nouveau, non pas d’un Royaume, non pas d’une nation… Mais d’un survivant.

Sa vie pourtant était tranquille, avant que tout n’arrive. Vivant au sein du Royaume-Uni, profitant d’une moitié d’indépendance, il n’avait pas à s’en faire, il n’avait pas à s’occuper des problèmes majeurs, profitant de son frère, lui donnant les taches les plus ingrates à accomplir sous prétexte que « C’est toi qui veux te faire appeler Royaume-Uni, alors assume un peu ! ». Il passait beaucoup de temps à boire, fumer, s’amuser avec des inconnus comme des proches, à vrai dire, peu lui importait.
Lui qui avait connu les pires guerres, les massacres, la souffrance et les pertes, cette vie qu'il avait aujourd'hui, il l'aimait. Car il ne voulait plus se retrouver de nouveau sur le champ de bataille, il ne voulait plus tuer.
Il s'accommodait très bien du bonheur.

Si seulement il avait su, que nous ne serait qu’éphémère…

Les mutations. Un rêve, une histoire sympathique, sortie tout droit de l’imaginaire de n’importe qui. Qui après tout, n’a jamais rêvé de posséder quelques super-pouvoirs ? D’être capable de se téléporter, de devenir invisible, de contrôler un élément ?
Kenneth avait au départ trouvé l’idée amusante. Lui-même pouvait se vanter de posséder quelques capacités intéressantes dues à son statut de nation magique, au même titre que Angleterre ou certains autres, à la différence près que lui n’était pas un « sorcier », mais un druide. Malheureusement, la magie qu’il possédait restait faible, et il lui fallait très souvent réunir de nombreux facteurs assez rares pour pouvoir s’en servir. Autant dire que comparé à une véritable mutation… Ce n’était rien. Mais l’écossais ne croyait pas vraiment en ces recherches : Les scientifiques en avaient toujours fait sur un peu tout et n’importe quoi, mais cela ne signifiait pas qu’ils obtenaient d’excellents résultats à chaque fois, bien au contraire. Alors pourquoi pas essayer ? Ils passeraient à autres choses d’ici quelques mois, voir années s’ils étaient têtus et avaient de l’argent à dépenser.

Mais rien ne se passa comme le rouquin l’avait imaginé. Le temps passa, et un jour il apprit la nouvelle, au détour d’une conversation avec Arthur… Les scientifiques qui avaient fait tant de recherches à propos des mutations avaient réussi, elles existaient bel et bien.
Kenneth n’avait su quoi en penser. Lui qui avait reçu une éducation de druide, il n’appréciait que moyennement l’idée de jouer ainsi avec la nature… Pas que la science le rebute, non bien au contraire. C’était un homme intelligent, qui avait lui-même participé à de nombreuses recherches, et aussi étonnant que celui puisse paraître, il possédait de grandes connaissances en médecine. Mais là… Un mauvais pressentiment lui avait pris les tripes.
Il aurait préféré que ces hommes n’arrivent à rien de concluant…

Malheureusement pour lui, l’écossais ne pu que regarder en tant que spectateur la suite des événements. Petit à petit, posséder une mutation était devenu quelque chose de banal partout dans le monde. Il était devenu normal de croiser des personnes aptes à se téléporter, à devenir invisible, à contrôler un élément… Voir plus encore.
Lui, il n’avait pas eu le choix. Ce n’était pas une loi qui dépendait de son parlement, mais de celui de Westminster, et, bien évidemment, elle était passée… Comme partout ailleurs. Le peuple Britannique pu ainsi avoir à disposition leur propre pouvoir à eux, malgré le mauvais pressentiment qu’avait l’écossais.
Et quels pouvoir d’ailleurs…!
Le destin, aussi ironique soit-il, s’était bien joué de lui, encore une fois. En grande majorité, le peuple celte s’était vu affublé de la métamorphose animale. Une telle capacité avait fait sourire Kenneth au départ, et il fallait dire les choses comme elles l’étaient, l’avaient même émerveillé quand il réalisa que lui-même pouvait également en profiter.
La métamorphose en loup, l’animal des guerriers, des plus forts et des plus courageux. Il était honoré de se savoir si lié à cet animal magnifique.
Mais… Il déchanta vite, quand il apprit que les Anglais eux, bénéficiaient du contrôle animal. Quelle ironique, de voir que leur pouvoir leur permettait de contrôler la majorité du peuple écossais…
Kenneth fit la grimace, Arthur se moqua. L’écossais alla boire pour oublier, et puis la vit repris son cours habituel… Fin de l’histoire.
Attendez, de l’histoire j’ai dit ? Non pardon… Simplement de l’épisode, si je puis dire.

La vie de l'écossais avait changée, après l'arrivée de sa propre mutation. Non pas en mal, oh non ! Cela justement lui permit de changer d'avis. La métamorphose était toujours terriblement douloureuse et difficile à vivre, mais même sous forme humaine, ses cinq sens s'étaient développés de manière considérable. Il n'était pas plus fort, ni plus rapides... Mais ses réflexes étaient à présents bien meilleurs. Mais avec les avantages venaient bien quelques inconvénients... Même quand il n'était pas transformé en loup, Kenneth avait également acquis quelques réflexes parfaitement canins... Oui en gros oui, lorsque l'on jetait quelque chose à côté de lui, il le ramenait souvent sans même le réaliser, et il lui arrivait souvent de s'amuser parfois avec vraiment rien... Entre autres, car des choses stupides et étranges, il en faisait à présent... Mais il s'en fichait bien.
Il était heureux.

Mais il aurait dû le savoir. Comme à chaque fois que le monde tournait rond, un malheur arrivait pour mettre fin au bonheur. Que ce soit une guerre, une épidémie, une révolution... Il y avait toujours quelque chose. Mais il l'avait oublié. Il n'y avait pas pensé. Il croyait qu'en fin tout durerait éternellement...
Quel idiot.

La nouvelle à propos du premier mutant retrouvé aux États-Unis n'avait pas été très médiatisée. On n'en parlait peu, sauf entre nations et dirigeants. Lorsqu'il en avait entendu parlé pour la première fois... Kenneth avait arrêté de sourire. Il avait compris. Une catastrophe approchait... Et c'était bien trop tard pour l'arrêter. Ce pressentiment qu'il avait ressenti, il y a des mois de cela, au tout début, refit surface avec violence, lui donnant la nausée.
Il avait été aveuglé, il avait été stupide. Il avait voulu y croire, mettant de côtés ses deux-mille ans d'histoire, faisant fit de son expérience, de la sagesse qu'il était censé avoir acquérie au fil des siècles.
Lui qui était censé protégé son peuple l'avait mené à sa perte...

A partir de ce jour maudit, les événements s'enchaînèrent sans cesse. Le continent américain tomba en premier... Et l'Europe suivi, dans la foulée. Bien que situé sur une île, l’Écosse ne fut pas épargnée... Et pourtant, dieu sait qu'il s'était battu. Kenneth avait tout donné, ressortant malgré lui les armes aux premiers signes d'invasion monstrueuse. Il avait perdu le fil des jours, il n'aurait su dire depuis combien de temps...
Mais dans son malheur, une chance. Inverness avait tenu bon, la seule ville du Royaume-Uni encore debout... Comme beaucoup d'autres écossais, d'anglais et de gallois, parfois d'irlandais, la nation y avait trouvé refuge. Gérer les réfugiés n'était pas chose facile, oh non, mais le peuple d’Écosse n'était pas connu pour baisser les bras face à la difficulté. Les choses s'organisèrent plus ou moins bien... Mais le rouquin ne pouvait s'empêcher d'être malade d'inquiétude. Il n'avait de nouvelles d'absolument personne. Ni de ses frères, ni de Francis, ni des Nordiques.. Ni personne. Il ne savait rien de ce qui avait pu leur arriver... Étaient-ils morts ? Cela impliquait-il qu'une nation pouvait mourir dans cette situation... ? Si la totalité du peuple était tombé après tout...
Non... Non non non. Il ne pouvait pas y penser, il ne devait pas y penser. Et même, la présence de population anglaise, galloise et irlandaise en Écosse prouvait que ses frères et sa sœur étaient toujours en vie, sans le moindre doute possible. Mais alors... Où étaient-ils...? Chaque jour, chaque nuit, à toute heure, à chacune des arrivées, il examinait avec espoir chacun des nouveaux arrivants, sans jamais revoir ceux qu'il attendait. Malheureusement, il n'y avait pas que les autres nations... Il y avait aussi des humains, des proches. Des voisins, des amis. Il savait qu'un jour il perdrait ces gens, il y était préparé, il avait l'habitude... Mais pourquoi ainsi ? Il se le refusait. Hommes, femmes, enfants, vieillards... Qui méritait de finir de cette façon ? Personne.
Kenneth voulait les retrouver... Alors un jour, malgré le danger, il quitta les murs protecteurs de Inverness. « Je reviens » avait-il dit, avant de se métamorphoser. « Je ne serai pas long. » avait-il lancé à ceux qui pouvaient le comprendre sous cette forme, avant de partir.
Il avait parcouru les Highlands, puis les Lowlands presque sans s'arrêter, évitant au possible les mutants, aidant du mieux qu'il pouvait les survivants qu'il croisait sur sa route, leur indiquant le chemin pour sa dernière ville, leur expliquant qu'ils y trouveraient refuge sans mal, leur cédant souvent les résultats de ses chasses, offrant parfois quelques trouvailles.
Sa vie à lui n'était pas en danger après tout. Il était une nation, il était un pays. Il était encore debout malgré l'horreur, et il savait bien qu'il ne tomberait pas avant encore longtemps...
Oh non, il ne mourrait pas. Mais encore une fois, il avait oublié quelque chose, il n'avait pas pensé à un détail... Un détail qui changea tout.
Bien que l'écossais avait jusqu'à aujourd'hui tout fait pour éviter les mutants, il croisa un jour la route du pire mutant possible pour lui... Il était tombé sur un Gregari... Et il était trop tard pour lui, beaucoup trop tard pour réagir.
Il se fit piéger, et sous forme animale, sous laquelle il se déplaçait toujours... Contrôler.
Il avait dès le départ été terrifié, quand il avait bien trop tard réalisé face à quoi il s'était retrouvé... Et sans qu'il n'ait eu le temps de fuir, le Gregari avait pris le contrôle de son corps, et de son esprit.
Kenneth n'en parlera sûrement jamais, mais il en avait fait des choses.. Contrôlé par ce monstre, il n'avait à aucun moment ressenti de doutes ou de peurs... Et encore moins de pitié. Sa soif de sang n'avait cessé de devenir de plus en plus forte, et il faisait toujours preuve d'une cruauté sans pareille.
Son flair, développé, lui permettait de pister tout être vivant, qu'il s'agisse d'animaux, ou d'hommes, de femmes, d'enfants ou de vieillards. Ça n'avait pas la moindre importance à ses yeux. Et une fois ses pauvres victimes retrouvées... Eh bien il ne perdait simplement pas son temps. A l'aide de sa puissante mâchoire, il leur arrachait la gorge. Rares sont celles qui sont mortes sur le coup, la plupart subissaient très souvent de longues secondes de souffrance avant de finalement s'éteindre.
La majorité du temps, il chassait pour le mutant qui le contrôlait, mais ce serait mentir de dire que la fin ne l'a pas poussé à commettre des crimes pour lui-même : il s'est bien souvent lui-aussi nourrit de ses victimes.
Oh il avait reçu quelques blessures aussi, toutes plus ou moins graves -il ne fallait pas croire que ses proies se laissaient toutes facilement tuer, bien au contraire ! Mais il ne fallait pas oublier que même ainsi, sous cette forme animale, dans cette condition abominable et monstrueuse, Kenneth restait une nation. Il ne pouvait pas mourir, quelque soit les blessures... Elles se soignaient toutes d'elle-mêmes, dans un laps de temps impressionnant. Rien n'aurait pu l'arrêter, il était invincible. Du moins... Il en était persuadé.

Heureusement pour nous tous qu'il avait tord encore une fois, n'est-ce pas ?

Les choses changèrent un froid soir de décembre. Accompagné par le Gregari, il chassait, encore et toujours. Il avait senti quelque chose... Une odeur humaine. L'animal avait alors suivi la piste, qui l'avait mené à une vieille maison abandonnée. Il y était entré lentement, à l'affût du moindre mouvement et du moindre bruit. Il pensait pouvoir prendre l'obscurité de l'endroit à son avantage... Mais pour une fois, il fut celui qui se fit piéger. Trop sûr de lui certainement, il n'avait pas vu l'attaque venir, il n'avait pas été apte à l'anticiper...
Il ne lui arriva rien de grave -heureusement !- mais l'attaque fut assez forte pour simplement l'assommer... Et l'écossais perdit ainsi connaissance, d'un seul coup.
La suite, il ne la connaissait pas vraiment. Après s'être si bêtement fait avoir, pour lui c'était le noir, jusqu'à son réveil, il ne savait combien de temps plus tard.

L'endroit était redevenu calme... Il ne le reconnut pas immédiatement. Il avait retrouvé le contrôle de lui-même, et son esprit était encore engourdi par l'emprise du mutant sur lui… Les souvenirs eux, revenaient au compte-gouttes.

L’enchaînement de sentiments qu’il avait alors ressentis l’avait rendu malade. Cela avait commencé par de la peur : Où était-il ? Comment était-il arrivé ici ?…
Un profond dégoût suivi la peur. Un dégoût pour lui-même, alors que ses souvenirs lui revenaient les uns après les autres. Une horreur sans nom lui prenait les tripes alors qu’il se remémorait toutes les atrocités qu’il avait commises.
Combien de temps… ? Pendant combien de temps avait-il fait tout ça ? Pourquoi était-il incapable de le dire ?!

Cette forme animale commença à le rebuter. Il ne supportait plus d’être une bête, il ne pouvait plus, pas après tout ce qu’il avait fait. Il reprit alors forme humaine, fléchissant sous la douleur que la métamorphose lui imposait. Le froid vint mordre sa peau à présent mise à nu, mais l’écossais ne se préoccupa qu’à peine de l’inconfort. Il était tombé à genoux et avait vomi le contenu de son estomac avant de se recroqueviller sur lui-même… Et il se mit à pleurer. Il sanglotait faiblement, n’arrivant pas à se défaire de ces visions d’horreur, il pouvait encore entendre les cris et les supplications de ses victimes…

« Je suis un monstre… »

Mais alors qu’il se lamentait, un détail lui revint. Il n’était pas seul dans cette pièce… Quelqu’un qui l’avait sauvé. Il redressa alors la tête en reniflant, tentant d’essuyer ses joues humides pour ne pas avoir l’air trop pitoyable… Il voulait remercier cette personne, c’était au moins le minimum à faire.
Mais alors que son regard se posa sur « son sauveur », son cœur rata un battement.

-Arthur ! Sassan putain c’est toi !

Kenneth puisa alors dans ses dernières forces pour se relever et se jeta presque sur son cadet pour le serrer dans ses bras.
Les marques d’affection étaient choses rares dans leur fratrie, surtout entre ces deux-là en particulier, mais cette fois-ci, l’écossais en avait besoin. Il n’arrivait pas à y croire, il avait l’impression que son frère allait disparaître aussi vite qu’il était apparu…
Il fallait bien avouer que le rouquin ne pensait pas retrouver l’anglais dans ces conditions, pas alors qu’il était devenu cette chose… Mais il n’allait pas s’en plaindre.
Sa fierté en prenait un sacré coup, mais son frère l’avait sauvé… Et bon sang, ce que ça le rendait heureux.

Kenneth finit par relâcher son étreinte après quelques instants, reprenant son calme et réalisant enfin sa -gênante- nudité.

-Je suis heureux de te revoir putain. Mais dis voir, avant tout… T’aurais pas des vêtements à me refiler ?

Suite à cela, les choses se firent plus lentement. Les deux frères avaient passé le reste de la nuit à se reposer et parler de ce qui leur était arrivé. Au plus grand damne de l’aîné, Arthur n’avait pas la moindre nouvelle de Pays de Galles, d’Irlande du Nord, ou de tous les autres… « Ça viendra » s’était-il dit, tentant de s’en persuader plutôt que de vraiment y croire…

Par la suite, et d’un commun accord, les deux nations étaient reparties en direction des Highlands, et donc de Inverness. Peut-être auraient-ils plus de chance là-bas ? Depuis le temps que Kenneth avait quitté la ville… Les choses avaient dû bouger, là-bas.
Puis, l’écossais devait l’avouer, la sécurité de sa ville lui manquait terriblement.

Mais une fois arrivé, la déception frappa encore le celte de plein fouet. Il n’y avait pas de nouvelle, de personne. Il fut cependant rassuré de retrouver quelques visages connus, comme quoi il n’était pas arrivé que de mauvaises choses pendant sa longue absence.

Mais tout n’allait pas. Ça aurait pu, maintenant qu’il était en sécurité, qu’il avait retrouvé un de ses frères… Maintenant qu’il n’était plus seul, qu’il voyait tous ces gens… Le remord le rongeait d’autant plus.
« J’aurais pu les tuer. S’ils m’avaient croisé… Je les aurais tués. Tous. »
Les images des atrocités qu’il avait commises ne cessaient de le hanter, lui rappelant chaque soir, dans d’atroces cauchemars quel monstre il avait été, à quel point il ne valait pas mieux que les mutants qui se trouvaient aux portes de la ville. A quel point il était un danger pour chaque être vivant qui venait trouver refuge à Inverness.
Le malaise que Kenneth ressentait grandissait de jour en jour. Il voulait s’en aller.
Mais comment expliquer ça aux autres ? Et même, pourquoi repartir si ce n’était que pour finir encore de la même façon, croisant la route d’un Gregari et se faire contrôler encore une fois ? Et ainsi redevenir cette chose…
Non. Non. Plutôt mourir que de recommencer.

Et c’est ainsi que Kenneth vécut son nouveau séjour dans les Highlands. Dans l’attente de revoir ses proches, hantés par les souvenirs les plus vifs.

Cette situation aurait pu être longue, elle aurait pu durer des années sûrement. Repartir à l’aveugle aurait été fou, alors il n’en était pas question. Il n’y avait rien d’autre à faire que d’attendre, s’organisant tant bien que mal pour survivre… Mais fort heureusement, un jour, quelqu’un arriva enfin avec des rumeurs des plus intéressantes…
Cette personne parlait d’une base de réfugiés située à Milan… Et uniquement constituée de Nations.
Il n’avait suffi que d’un échange de regards entre les deux frères pour que le message passe : Ils devaient s’y rendre au plus vite, ils trouveraient forcément des proches là-bas.
Le soir alors ils faisaient leur sac, et le lendemain matin, ils étaient partis.

Pour ce long voyage, Kenneth avait de nouveau revêtu sa peau animale, pour la première fois depuis son &« réveil ». Ce fut bien évidemment à contre cœur, mais il savait que sa forme de loup était bien plus avantageuse : elle le rendait plus rapide, et surtout, il serait capable de sentir la présence d’ennemis de beaucoup plus loin. Ce qui était un plus non-négligeable et dont ils auraient on ne peut plus besoin.
Et pour ce qui était des Gregari…
L’écossais ne pourrait compter que sur son frère, au cas où ils en croiseraient…

Comme vous vous en doutez, le voyage fut des plus difficiles. Il se fit en plusieurs étapes, trois en réalité. Ils devaient d'abord traverser l'Ecosse et l'Angleterre, et ensuite la Manche. En dernier viendrait la France... Puis ils arriveraient à Milan, enfin. Combien de temps ça allait leur prendre ça... Des semaines au moins.. Et sous sa forme animale, cette forme instable, le temps lui semblait être encore plus long. Car Kenneth avait peur... Peur à chaque instant. Peur de croiser des monstruosités, peur de perdre le contrôle, de s'attaquer à son frère, et de le blesser mortellement... Il n'en dormait presque plus la nuit. Rapidement, il avait fini par être épuisé... Mais il devait tenir. Il n'en montrait presque rien, par fierté. Il tenait la route. Il avançait, tenant le rythme. Il se battait quand il le devait, monter la garde quand c'était nécessaire, et marchait surtout... Il marchait sans s'arrêter, aux côtés de son cadet. Alors ensemble, ils traversèrent la Grande-Bretagne, puis la Manche. Ils arrivèrent à Lille, et durent ainsi traverser tout le pays encore. La fatigue et l'épuisement, autant physique que moral le rongeaient mais pourtant... Mais pourtant, malgré leurs blessures, malgré le manque de vivres, malgré tout, ils finirent par la traverser, la frontière italienne.

Et les deux frères enfin y arrivèrent, à la base.


Derrière l'écran



Pseudo : Vous avez le droit de m'appeler Dieu.
Âge : 20, toujours.
Sexe : Vu que je suis admin, pas besoin, y a pas d'échelons à grimper...:/
Comment avec-vous connu le forum ? Vraiment, je ne me souviens plus.
Que pensez-vous du forum ? Très laid et mal géré, avec une histoire très nulle.
Quelle est votre disponibilité ? 24/7
Code du règlement C'est moi qui l'ai caché ce code stp.
Autre chose ? Blop.
© Ju de Never-Utopia


Des petits détails o//

Sous forme animale, Écosse ressemble au loup sur la photo de la fiche. Si vous voulez plus de photos, il y en a plein sur Google :33

Taille : 88cm au garrot
Poids : 59kg.

C'est un loup noir de Mackenzie

J'ai choisi la métamorphose en loup pour la signification qu'avait cet animal dans les anciennes croyances celtes : pour faire TRES court, le chien et le loup étaient associés aux guerriers, tout ça c: A la différence près que le loup a récupéré une connotation plus « maléfique » due entre autre à l'influence du christianisme.
Je vous laisse faire de plus amples recherches vous-mêmes si ça vous intéresse haha.

Pourquoi un loup noir de Mackenzie ?
Well.
C'est pas écossais, je l'avoue, c'est une espèce canadienne.
Il n'y a plus de loups en Ecosse, du coup j'ai dû improviser, voilà voilà. Du coup c'était un peu au pif, je voulais un gros loup, j'ai fait des recherches, je suis tombée sur cette espèce, j'ai bien aime sont nom, et du coup j'ai pris ça /pan
Puis zut.

Une petite note à propos de certains autres détails concernant sa mutation :

La vue de Kenneth a changée avec sa mutation, même sous forme humaine il voit à la manière d'un loup. Pour faire court, il différencie moins bien les couleurs (il ne voit pas en noir et blanc ! Son spectre de vision se limite simplement au jaune et au bleu (comme montré ici) (oui c'est celle du chien mais vraisemblablement ils verraient à PEU PRES la même chose au niveau des couleurs donc zut).
Son acuité visuelle est légèrement plus faible que celle d'un humain normal, mais sa vision nocturne est améliorée.
Son champ de vision n'est pas particulièrement amélioré contrairement à sa forme animale, étant donné que celle-ci dépend de la forme de la tête, il reste donc le même qu'un humain.
La fréquence de vision est elle aussi améliorée (16 images/secondes pour un humain, 50 images/secondes pour un canidé)
Bon, à cause de ça il ne peut plus regarder la télé, mais au moins il peut réagir plus vite.. !
Il a gagné d'ailleurs, une bonne myopie. (il ne voit plus clair au delà de 45 à 50 mètres de distance)

Dans l'ensemble, cette vue à des avantages comme des inconvénients. Son principal défaut est qu'elle n'est pas adaptée au fonctionnement d'un être humain. Habitué à se baser uniquement sur sa vue pour se retrouver, cette vision non-adaptée amène d'autres changements dans sa manière d'être, notamment lorsqu'il est question de se retrouver ou d'apprécier les distances... Voir même tout ce qui peut se passer autour de lui. Il s'y est plus ou moins habitué, apprenant tant bien que mal à se servir de ses autres sens pour s'y retrouver, mais bon, perdre des habitudes vieilles de presque 2000 ans...

On note qu'en contrepartie, son ouïe et son odorat se sont améliorés sous forme humaine. Rien de bien impressionnant, surtout par rapport à sa forme animale, mais c'est important de le spécifier également.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Date d'inscription : 18/03/2015
Messages : 46
Localisation : Milan ! ~
Portugal

Mon statut
Mutation: Alchimie
Expérience: 50/1000
Inventaire:
MessageSujet: Re: « There's a demon inside... Just like Jekyll and Hyde. » | Scotland Mer 9 Déc - 21:33
Ça sent le roux par ici...c:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Date d'inscription : 12/07/2015
Messages : 11
Age : 20
Localisation : Milan
France

Mon statut
Mutation: Séduction
Expérience: 0/1000
Inventaire:
MessageSujet: Re: « There's a demon inside... Just like Jekyll and Hyde. » | Scotland Mer 9 Déc - 22:07
♥♥♥♥

"Je suis plutôt hétéro"
On va régler ça hein ;DD


Bon courage pour ta fiche Scotty, hâte que tu finisses ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Date d'inscription : 09/12/2015
Messages : 21
Écosse

Mon statut
Mutation: Métamorphose animale
Expérience: 0/1000
Inventaire:
MessageSujet: Re: « There's a demon inside... Just like Jekyll and Hyde. » | Scotland Sam 12 Déc - 18:34
J'ai hâte que tu me rendes gay Fran ;D

Fiche terminée~!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Date d'inscription : 14/03/2015
Messages : 85
Localisation : Ailleurs
Beast Inside
Croatie

Mon statut
Mutation: Berserk
Expérience: 100/1000
Inventaire:
MessageSujet: Re: « There's a demon inside... Just like Jekyll and Hyde. » | Scotland Sam 12 Déc - 20:55
Fusil d’assaut M16A1
Des capotes (fais toi plaiz)
Un drapeau
Un sifflet ultrason (oui pour son ouie de loup)


__________________


 

Hrvatska nam pjesma leti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: « There's a demon inside... Just like Jekyll and Hyde. » | Scotland
Revenir en haut Aller en bas

« There's a demon inside... Just like Jekyll and Hyde. » | Scotland

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» le trone du seigneur demon!
» Le Demon Du Rire
» Plein de demon du chaos a vendre
» Golden Demon: Games Day
» Projet Golden Demon Allemand

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hetalia : Edge of Eternity :: Nos viesNos vies :: Présentations :: Présentations validées-